D’abord, qu’est-ce que la ménopause ? C’est le moment où les ovaires s’arrêtent de fonctionner, ce qui implique que la femme n’est plus féconde, qu’elle ne peut plus avoir d’enfant. Chez l’homme la fonction hormonale et reproductive dure très longtemps, chez la femme, l’activité ovarienne (hormonale et reproductive) s’arrête entre 48 et 52 ans.

Période de pré-ménopause

Très souvent, les femmes connaissent une phase de pré-ménopause, c’est-à-dire que les ovulations deviennent espacées, voire absentes, le fonctionnement hormonal devient très irrégulier. Cette phase s’accompagne d’effets plus ou moins gênants, en particulier au moment de l’arrêt total de la production hormonale. Quels sont les signes de la pré-ménopause ? Souvent les règles deviennent irrégulières, les femmes ont des bouffées de chaleur intermittentes, mai aussi des troubles du désir. Un autre signe très courant et difficile à gérer est l’irritabilité que les femmes ne peuvent pas contrôler, et qui est pénible pour tout le monde. D’autres femmes auront à ce moment-là des règles douloureuses comme à l’adolescence. Puis surviennent l’arrêt complet des règles, des bouffées de chaleur régulières, des problèmes de sécheresse vaginale qui peuvent gêner les rapports sexuels, une baisse de la libido, voire des troubles dépressifs. Pour s’y préparer, il n’y a pas de recette miracle mais deux attitudes complémentaires.

S’y préparer psychologiquement

Tout d’abord, il s’agit d’un état d’esprit : il va falloir accepter que ce passage à la ménopause est inéluctable et que c’est le fonctionnement naturel du cycle de la vie. Mais il est bon de se dire malgré tout que la vie n’est pas finie. Si la ménopause marque la fin de la fécondité, elle ne veut pas dire fin de la sexualité. Contrairement à ce que certaines femmes craignent ou imaginent, après la ménopause, une femme reste toujours une femme, qui peut séduire et avoir une sexualité épanouie. La ménopause peut être le début d’une sexualité extrêmement riche car elle devient dégagée de la crainte d’être enceinte ; pour certaines femmes, c’est donc une nouvelle phase de la sexualité qui s’ouvre, libérée de soucis et donc très épanouissante. Maintenant, les femmes restent désirables sans limite d’âge car cela dépend des hormones (et la médecine peut venir en aide aux déficits hormonaux) et de ce qu’on a dans la cœur, et non pas du calendrier ; c’est aussi une volonté personnelle.

S’y préparer physiquement

Si la sexualité est gênée par les troubles liés à la carence hormonale, comme la sécheresse vaginale, il convient d’aller voir un médecin. Ce genre de troubles est très facilement traité par le médecin. C’est la deuxième attitude à avoir : aller voir son médecin régulièrement pour pallier les petits soucis et inconforts physiologiques et psychologiques induits par la ménopause.

Enfin, parler de ses appréhensions et des difficultés liées à la ménopause avec son conjoint sera nécessaire et très positif, notamment pour expliquer les moments d’irritabilité non maîtrisée.

Florence Bayala in afriquefemme.com

Tel de www.actuconakry.com: +224 622 56 56 67

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE