Quand la volonté divine s’exécute, on ne peut que l’accepter. Dans la marche irréversible de notre pays pour la conquête du bonheur, nous avons connu assez d’étapes parfois heureuses ou malheureuses. La Guinée a toujours été une référence pour les autres pays africains. En disant non à la communauté franco africaine, notre pays a ouvert la voie de l’indépendance totale aux Etats africains. Et pour avoir eu le courage de se définir par rapport à son destin, le pays connaitra toute sorte de conspiration interne et externe, qui culminera avec la traitresse agression impérialiste du 22 novembre 1970.

Malgré les flots affolés, le navire guinéen n’échouera jamais. Grâce à la volonté farouche de ses fils et la détermination de ses dirigeants, le pays avancera lentement mais surement en préservant la plénitude de sa dignité et de son intégrité totale. Le responsable suprême de la révolution a bravé ce que l’on a appelé le complot permanent. Avec le vide créé par le départ fracassant du colon blanc, tout avait été savamment orchestré pour agenouiller le jeune Etat indépendant. Cette haine galvanisera la volonté de réussir de notre peuple qui au prix de multiples sacrifices se hissera sur les plus hautes marches de la gloire sur tous les plans.

Après la mort du timonier, notre pays se lancera sur la voie du libéralisme économique. Ce brusque changement de doctrine entrainera un déséquilibre dans la société. Le fossé va s’agrandir entre les riches et les pauvres par l’application sauvage de cette nouvelle doctrine. Un nouveau vent soufflera sur tout le continent après l’historique sommet de la Baule. Le multipartisme intégral fut adopté et les partis politiques sont crées pour participer à ce nouvel essor national.

C’est justement dans cette nouvelle dynamique que le RPG s’affirmera comme un des partis les plus nationaux et les mieux organisés. Le Pr. Alpha CONDE quittait ainsi la clandestinité pour devenir un véritable opposant devant qui le pouvoir en place tremblait. La carrure internationale de cet homme et l’immensité de sa culture forceront l’admiration de toutes les couches sociales. Chacun se retrouvait dans ses idées et il donnait espoir à un peuple longtemps meurtri par les dérives d’un Etat totalitaire véritable régime d’exception.

Pour avoir été condamné par contumace, pour avoir fait l’expérience du monde carcéral, sa volonté n’en a été que renforcée. Il prouvera au monde entier que son combat est celui de son peuple auquel il veut apporter tout le bonheur nécessaire. Sa victoire refusée aux présidentielles de 1993 a été pour lui une occasion de manifester sa force de caractère en empêchant un bain de sang à son peuple. Avec ses pairs de l’opposition d’alors, ils jetteront les bases d’un véritable combat démocratique axé essentiellement sur les idées et les stratégies de non violence.

Aux législatives de 1995, le RPG aura à lui seul 19 sièges à l’assemblée nationale ce qui faisait de son parti la deuxième force politique après le PUP. Autant cette législature respectera sa ligne de conduite, autant le Pr. Alpha CONDE se fera remarquer par la pertinence de ses critiques et la justesse de ses analyses. Il continuera son combat à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, il bénéficiera en conséquence du soutien de tous ceux qui œuvrent pour la démocratie, l’Etat de droit et la paix.

En 2010 lors des présidentielles, 24 candidats étaient en liste pour la magistrature suprême. Le premier tour a donné deux candidats pour le second tour, l’opposant historique Alpha CONDE et Mamadou Cellou Dalein DIALLO. Le peuple en entier a prié et demandé au bon Dieu de lui donner un chef qui serait à notre écoute, qui pourrait prendre en compte ses légitimes aspirations. Et Dieu dans sa magnanimité lui a donné cet homme providentiel, celui-là même qui a passé quarante longues années de combat pour être aujourd’hui président de la République. Donc il faut reconnaître que les vœux du peuple ont été exaucés par la providence. Toute autre personne qui tenterait de s’opposer à cela risque de pratiquer une hérésie, car celui qui rejette la volonté de Dieu n’a que très peu de foi.

L’investiture du premier président démocratiquement élu de la Guinée a été un événement historique, une première dans l’histoire politique de notre pays. De hautes personnalités ont rehaussé de leur présence cette cérémonie qui présageait des lendemains heureux pour notre peuple. Le Pr. Alpha CONDE a annoncé ce jour à la face du monde son ambition pour sa patrie en disant : la Guinée Is back. Il fallait à notre pays un changement effectif, mais pas un changement dans la continuité comme le voulaient certains de nos compatriotes.

Le slogan «  Ensemble changeons la Guinée » est très profond de sens, c’est une invite faite à l’ensemble des fils de notre pays sans aucune exclusive. Il ne considère ni l’ethnie, ni l’obédience politique, mais la patrie qui est dénominateur commun à nous tous. En grand rassembleur, le Pr. Alpha CONDE a tendu la main à tous les fils de ce pays, comme le craignaient certaines personnes, il n’a pas fait de chasse aux sorcières. Il a pardonné à tous le mal qui lui a été fait c’est pourquoi ces admirateurs l’ont qualifié de Mandela de Guinée.

Il reconnait l’adversité ce qui est naturel d’ailleurs mais, il ne cautionne pas la haine et la vengeance, c’est le ressort des faibles, des hommes à vision courte. C’est ainsi qu’il fera appel à tous ceux qui par le passé ont eu le privilège d’assumer une portion de haute responsabilité administrative. Comme Obama, il a innové dans la conquête du pouvoir, sa force fut la persuasion pour asseoir la conviction des citoyens. Au lieu de procéder à l’éternel recommencement comme on sait bien le faire dans notre pays, le Président de la République a préféré continuer le travail déjà accompli en apportant bien sûre des corrections là où il le fallait.

Avant son arrivée au pouvoir, notre pays avait perdu de sa superbe sur le plan international. La communauté internationale avait peu de considération pour les problèmes guinéens. Au lendemain de son investiture, il s’attèlera avant tout à redorer le blason terni de son pays, en redonnant espoir au peuple et en mettant en confiance les partenaires techniques et financiers. En homme d’Etat averti, il déclarera solennellement qu’il assume l’entière responsabilité des actes de ses prédécesseurs, pour ainsi dire que le pouvoir est une continuité. Les mesures et reformes courageuses qu’il va prendre remettront notre pays dans le concert des nations crédibles et fréquentables. Malgré l’hostilité de certains de nos compatriotes, le Pr. Alpha CONDE s’emploiera méthodiquement à restaurer l’autorité de l’Etat qui avait pris un sérieux coup en ces derniers instants du règne militaire.

Mesurant l’immensité de notre retard sur tous les points de vue, le Président de la République s’engagera dans la reconstruction nationale en créant les cadres juridiques et politiques nécessaires aux investissements. Des infrastructures sociales et administratives facilitées par les festivités tournantes dans nos régions, en passant par la réalisation des infrastructures routières, inter urbaines et des voiries sont autant de signes qui mettent en exergue la farouche détermination du Pr. Alpha CONDE à changer la Guinée. Mettre les intérêts supérieurs de la nation au premier chef est la ligne de conduite de cet homme qu’attendait depuis longtemps le peuple de Guinée. Son ascension au pouvoir a ouvert à notre peuple de très grandes opportunités de développement économique. En seulement quatre années de mandature, il a posé des actes qui ne l’ont pas été depuis cinquante ans

En mécène pour les paysans, le chef de l’Etat est devenu l’artisan de l’autosuffisance alimentaire dont l’impact se fait sentir aujourd’hui sur le volume des importations céréalières et sur les prix au marché. Grâce à sa politique les populations ont la possibilité de consommer le riz du pays qui était autrefois réservé à une certaine catégorie de privilégiés.

Il mettra alors l’accent sur la satisfaction des besoins fondamentaux des populations. Il ne pouvait y avoir de développement sans que fût résolu le problème de l’insécurité alimentaire et sanitaire, sans élévation du niveau d’éducation des hommes et des femmes, acteurs du développement local. Pour le Pr. Alpha CONDE, à la notion d’un modèle imposé de l’extérieur il faut substituer l’idée que le développement devait être un processus endogène, favorisé par la mise en place d’un cadre politique, financier et juridique favorable à l’initiative économique. Les populations devaient être plus étroitement associées aux projets de développement : leur participation doit être notamment encouragée par les organisations non gouvernementales (ONG), de plus en plus impliquées sur le terrain.

Le changement amorcé par les nouvelles autorités a apporté du nouveau dans l’analyse des politiques d’ajustement structurel en cours depuis les années 1980. Leur efficacité est davantage contestée dans les pays les moins avancés, notamment africains. Là, le processus d’industrialisation et de diversification de l’économie est à peine amorcé. Les possibilités de croissance sont hypothéquées par l’existence de multiples goulets d’étranglement (infrastructures inconsistantes ou défaillantes, segmentation des marchés internes et absence d’intégration régionale), handicaps aggravés par la corruption, la bureaucratie et l’instabilité politique. C’est justement dans ce cadre que la lutte anti corruption a pris un nouvel essor dans notre pays et l’une des mesures les plus immédiates a été l’application de la caisse unique.

Pour avoir été le premier Président démocratiquement élu de notre pays, le Pr. Alpha CONDE a mis en place les fondements d’un réel Etat démocratique. Aujourd’hui, notre pays jouit de cet État démocratique libéral qui garantit les droits fondamentaux de l’individu tels qu’ils sont proclamés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les libertés fondamentales se trouvent assurées par les mécanismes de l’État de droit, dans lequel les autorités politiques elles-mêmes sont soumises au respect du droit. C’est pourquoi face à des agissements de certains compatriotes on croit que l’Etat est faible par le manque de virilité dans la riposte. Autrefois les choses ne se passaient pas ainsi c‘est pourquoi un tel jugement revient souvent à la mémoire des gens.

Au vu de tous ces acquis que la première mandature du Pr. Alpha CONDE a apporté à notre pays, il est impératif pour notre peuple de renouveler sa confiance en cet homme qui ne vise rien d’autre que le bonheur ultime de son peuple. Si vraiment les choses se passaient dans le cadre orthodoxe de l’esprit des formations politiques, si l’ethno stratégie n’avait pas gangréner notre vie politique, tous ces anciens premiers ministres qui s’agitent bruyamment pour reconquérir le pouvoir, ne seraient pas retenus pour créer le simple parti politique à plus forte raison aspiré à la magistrature suprême du pays.

Pour permettre au Pr. Alpha CONDE de parachever son œuvre de reconstruction nationale, il lui faut ce second mandat car, il est le seul à vouloir le bonheur de notre peuple. Dans l’intérêt du peuple de Guinée en entier mêmes ses détracteurs, les œuvres ainsi accomplies serviront à tous sans exception aucune. Les hommes passent mais les acquis demeurent, hier c’était Général CONTE, aujourd’hui Pr. Alpha CONDE demain, ce sera un autre. Permettons à celui qui est là de nous mettre à profit toutes ses capacités d’homme d’Etat, de rassembleur et de bâtisseur.

Peuple de Guinée, le Pr. Alpha CONDE est bien l’homme qu’il fallait pour notre peuple, ensemble mobilisons nous pour lui renouveler notre confiance.

A paraître : Cellou Dalein Diallo,Pourquoi l’homme qu’il ne fallait pas à la tête de l’UFDG ?

Famany CONDE, Professeur à Kindia,Chroniqueur  Politique de www.actuconakry.com

E-mail : odiafamany19@gmail.com

Tel de www.actuconakry.com: 622 56 56 67

Commentaires

Laisser un commentaire