La victoire du Pr. Alpha CONDE au scrutin du 11 octobre 2015  a été une grande joie pour le peuple de Guinée. C’est avec abnégation que la première mandature a été menée avec toutes les difficultés connues notamment les manifestations violentes de l’opposition et cette maudite épidémie de fièvre à virus Ébola.

En 2010 nombreux sont les cadres qui ont été récompensés pour leur militantisme ce qui n’a pas été sans conséquence sur la conduite des affaires de l’État. Chaque ministre a eu une lettre de mission, ce qui signifie qu’un certain nombre d’objectifs leur a été fixés et qu’il devait atteindre. Ont-ils tous été à la hauteur dans l’exercice de leur mission, disons non car chez beaucoup il ya eu des ratés et des insuffisances notoires.

Le ministère de l’Enseignement Pré universitaire et de l’Alphabétisation, un domaine extrêmement stratégique n’a pas atteint les objectifs qui lui ont été assignés.

  • A entendre parler les enseignants et les encadreurs on sent qu’il ya un profond malaise que couve ce département. Les nouvelles innovations dont les mérites ont été tant vantés n’ont en réalité pas répondu aux attentes. La méthode d’évaluation mensuelle instaurée a plutôt créé un autre souci aux enseignants. Les professeurs sont préoccupés par la recherche des notes et ils n’ont pas le temps de se focaliser sur la compréhension des cours dispensés par les élèves. C’est à une véritable course à la montre qu’ils sont soumis, ils sont harcelés pour le dépôt des notes ce qui est énormément astreignant pour eux.
  • Le déficit ou même le manque d’enseignants n’a pas été résolu, il ya des écoles en zone rurale qui ont été obligées de fermer. Aucune mesure incitative n’a été prise pour pallier à cette situation.
  • On se demande si l’Etat ne donne pas de crédit de fonctionnement car les structures déconcentrées se plaignent trop du manque de subvention pour leur fonctionnement. Ce qui fait qu’elles n’assument vraiment pas leur mission de contrôle au niveau de leur juridiction pour voir et connaitre les difficultés auxquelles les enseignants sont confrontés
  • Le chef de département est perpétuellement en tournée dans les régions et même dans les préfectures. Mais ce qui est paradoxale c’est que ses multiples sorties n’ont apporté aucun changement positif. Au dire des directeurs préfectoraux de l’Education, ils sont soumis à un rythme de travail infernal. Souvent ils sont reçus tard dans la nuit des fois à 0 heures et même au-delà. nous sommes angoissés chacun cherche à éviter le courroux du ministre car il n’a pas d’état d’âme quand il monte sur ses grands chevaux.
  • Le département est soumis à une agitation surtout lors des examens, on se souvient du scandale qui a éclaté en 2013 autour du budget des examens nationaux. Il aura fallu la présence des agents du ministère des finances pour gérer cette situation.
  • L’innovation des cahiers réponses était censée apporter la solution pour alléger le travail de secrétariat mais en vain. Toujours les mêmes procédés on se demande alors du bien fondé de ces fameux cahiers- réponses.
  • Des diplômes dits sécurisés livrés à un prix élevé pour les parents d’élèves, on dit que ces diplômes sont imprimés en Afrique du sud, les cahiers réponses en république du mali comme si nos imprimeries ne pouvaient pas faire ce travail.
  • Nombreux parmi les chefs nommés ne sont pas à la hauteur ni sur le plan pédagogique ni sur le plan professionnel. Si nous voulons réellement qualifier notre système éducatif, ayons le courage de choisir les cadres compétents qui le plus souvent sont marginalisés.
  • Combien de directeurs préfectoraux et d’inspecteurs régionaux mis à la retraite continuent encore à occuper leur poste comme s’il y avait une crise de cadres dans ce département.

Selon nos sources, il semblerait que le ministre n’aime pas partager et aujourd’hui il passe pour être le plus riche du gouvernement. Donc il est un bon politicien cela est incontestable mais pour un département aussi important que le pré universitaire, il serait judicieux d’y nommer un technicien rompu à la matière. Si ce n’est pas le cas, c’est le chaos renouvelé que fera l’enseignant Alpha Condé aux dire des professionnels de l’éducation malheureusement cloîtrés et abandonnés.

Nous y reviendrons!

SIDIME Alpha Kabinet,Directeur de la Publication de www.actuconakry.com

Tel : 622 56 56 67

Commentaires

6 COMMENTAIRES

  1. L’école de la République s’appuie sur trois composantes: accès(favoriser l’alphabétisation de tous a l’age d’aller a l’école sans aucune discrimination), la qualité de l’enseignement/apprentissage(objectif et la pertinence de chaque système d’enseignement) et la gouvernance ou le pilotage(motivation-encadrement et suivi et contrôle). Comme vous le constater ces cinq ans, la priorité est donne aux examens qui est a peu près la fin du processus pédagogique qui n’est pas normal( certes a cause du poids financier accorde aux examens), les manuels pédagogiques destines aux écoles sont en quantités sur le marche(chose qui n’est pas normal). Encore pertinent la formation des formateurs(ateliers, séminaires, études…) en faveur des enseignants et charge d’études marque le pas. Encore grave pas encrage entre les différents ordres d’enseignement. La gestion des ressources allouées aux départements afin de déroulés les plans d’activités annuel budgétise sont détournés par la gouvernance. Autre manquement le mode d’évaluation mensuel plus les 18h par semaine et par enseignant dans les collèges et lycees(se résumé a la course de remplir les fiches de notes: orale et la note écrite prend le temps réel de ceux ci qui ne font plus de recherche. Le taux d’échec est trop et la qualité de l’enseignement régresse. Assez de discours au tour de l’école, c’est pourquoi nous acteurs du système propose de renouveau dans toutes ses composantes. L’école de qualité vers l’excellence est l’affaire de tous, notre école souffre dans sa gouvernance!

  2. Commentaires très pertinents par sa justesse. Le constat d’un recul de l’école est patent. Les innovations annoncés n’existent qu’au stade d’intentions pieuses. La preuve est faite l’école guinéenne se cherche à encore et encore

  3. C’est vous qui aviez dit qu’il est enseignant non?
    Alors ,son enseignement tiré de la sorbonne n’est pas le reflet du sytème éducatif en Guinée.
    Alpha condé de par sa tolérence exagérée a davantage clouer l’éducation guinéenne.
    Ce soit disant Dr Ibrahima Kourouma,je ne sais par quel saint s’est enrichi comme un vau au détriment de l’élève guinée.
    Incompétent de classe,arrogant,orgueilleux,bref un constipé au service l’éducation

  4. A Alpha Condé de choisir sa porte de sortie avec un bilan apprécié des guinéens,et pour le faire,il doit nettoyer ce corps d’éducation.
    Ce ministre ,Dr Ibrahima Kourouma doit être débarqué si Alpha Condé veut nettoyer le système.
    Le nouveau batiment servant de siège du département construit dans des conditions très déplorables,peu catholiques commence déjà à présenter des fissures sur tout le bâtiment,aucune règle d’hygiène

  5. C’est le comble avec cet arrogant de classe,Ibrahima Kourouma est cet enfant à qui je demande toujours où il a grandi?
    Il s’est fait éloigner tous les bons cadres de ce département,très incorrecte dans son langage,il n’a de respect que pour sa personne,il ne considère que sa seule tête.
    Il dit à qui veut l’entendre qu’il reste le fiston du PRAC.
    Il a englouti tous les fonds de ce département.
    Il doit une dette aux enfants de Guinée

Laisser un commentaire