L’alerte donnée par un journal de la place a obligé la Direction nationale des impôts à se justifier par rapport à cette somme pharamineuse qui avait voulu atterrir ailleurs que dans les caisses du trésor public. Nous sommes presque au terme de l’année 2016.

Dans la justification on parle de la remise en ordre de ce montant depuis octobre dernier. Une telle somme si c’est vrai que des agents de saisie ont commis cette erreur, pourquoi le Directeur Aboubacar Makhissa Camara ne les a-t-il pas sanctionnés pour prouver de plus sa hargne contre les anciennes pratiques comme il le dit ?

Quand on dit que ce dossier est cousu de fils blancs c’est une réalité car, l’argument d’erreur de saisie ne le dédouane absolument pas. Si la presse n’avait pas éventé ce dossier, il y a gros à parier que ces milliards disparaîtraient dans les méandres du réseau. Ce qui s’est passé à Fria ne signifie pas qu’il faille jeter l’opprobre sur les anciens auxquels on veut faire porter cette casquette.

Le Directeur national des Impôts a fait l’objet d’une forte médiatisation, il a prouvé à tout le monde qu’il vient pour redresser la situation aux impôts. Mais la distance entre ce redressement et cette tentative de détournement est trop petite.

L’argent est tentant, quoi que l’on fasse, on finira toujours par succomber à ses charmes. Que l’on nous donne la vérité sur ce fait, ces agents de saisie aujourd’hui accusés doivent recevoir une sanction à la hauteur de leur négligence. Si ce n’est pas le cas, il faut conclure que l’on veut noyer la vérité ou alors il y a une incompétence qui s’affiche dans cette direction nationale.

27 milliards en erreur de saisie cela est inacceptable, de là à vouloir faire la chasse aux sorcières, prouve que ces anciens se sont plutôt rebiffés face à cette attitude cavalière de ce nouveau directeur.

En tout cas ce qui est donné comme élément de justification ne tient pas la route, mieux vaut reconnaître que la presse a empêché que l’on mette main sur cet argent c’est aussi simple que ça. Le conflit générationnel qui sévit aujourd’hui dans les départements risque de faire mal à notre administration. Quand des jeunes cadres comme on les appelle se disent imbus de la technologie de l’information pour fouler au sol le savoir-faire et la personnalité des anciens trouvés sur place, ces derniers finiront par les prouver  que la compétence n’est pas du domaine de la machine. Ayons le courage de dire la vérité au peuple et cessons de faire porter nos fautes  par autrui, cela est moralement  hideux.

On dit souvent qu’une faute avouée est à moitié pardonnée

Au prochain,Autre révélation à la même Direction 

Alpha Sidimé /Tel : (+224 ) 622 56 56 67 pour Actuconakry.com

Commentaires

Laisser un commentaire