Le président du parti d’opposition gabonais l’Union pour une nouvelle république (UPNR), a affirmé être prêt à aller au dialogue convoqué par le président Ali Bongo Ondimba, si le président de l’Union africaine, Alpha Condé intervient à ces assises en qualité de médiateur.
A trois jours de la fin des travaux du dialogue national débuté depuis le 28 mars dernier, le compagnon du candidat Jean Ping, le président de l’Union pour la nouvelle république (UPNR) pense qu’il est encore possible de rattraper les débats de cette rencontre visant à réconcilier les Gabonais, englués dans la crise postélectorale.
L’annonce, non confirmée, de la désignation du président guinéen Alpha Condé par le secrétaire général de l’ONU, en qualité de médiateur onusien du Dialogue national en cours au Gabon, aurait créé de l’espoir chez Louis Gaston Mayila. Mais également, susciter de l’intérêt à y participer afin de faire entendre sa voix et proposer sa vision de la «nouvelle République». «Condé ne vient pas au Gabon, je n’irai pas au dialogue. Si Alpha Condé vient au Gabon, qu’il se présente comme étant médiateur désigné par les Nations unies, qu’il rencontre les acteurs des deux camps, j’irai à ce dialogue», a déclaré le président de l’UPN, en guise de condition.
Pour maître Louis Gaston Mayila, il est indispensable qu’Ali Bongo Ondimba et Jean Ping, qui continue de contester sa deuxième place à la présidentielle d’août 2016, s’asseyent pour dialoguer afin de définir les conditions d’un partage de pouvoir. «Que ce soit Jean Ping ou Ali Bongo, s’il n y a pas l’idée de partage du pouvoir, ça ne marchera pas. Jean Ping a gagné l’élection présidentielle d’août 2016, mais c’est Ali Bongo Ondimba qui est installé au pouvoir. Il faut que la légitimité et la légalité se retrouvent», a-t-il indiqué, insistant sur le fait que, ces deux personnalités doivent se parler. «Il n y a pas d’autres solutions», a-t-il martelé.

Avec Gabonreview

Commentaires

Laisser un commentaire