Venu présider l’ouverture de la 1re édition du Forum de l’étudiant guinéen, le chef de l’Etat s’est laissé emporter par une colère noire jeudi 1er juin 2017 au Palais du peuple.
Là, c’est l’intervention du président de la République qui aura indigné plus d’un étudiant venu prendre part à la cérémonie. Attendu de plain pied par les étudiants unis comme un seul homme, Alpha Condé a été accueilli en fanfare avec des cris et des réclamations à l’allure de :  «tablettes, tablettes!!!» Comme pour rappeler au chef de l’Etat ses promesses de doter chaque étudiant guinéen de cet outil indispensable à leurs recherches par ces temps du système LMD. L’ultime péché que les étudiants ne devraient commettre. C’est alors que le président Condé s’est saisi du micro pour s’excuser auprès des représentants des missions diplomatiques et consulaires accréditées au pays, avant de s’occuper personnellement de ses détracteurs.
 «A vous, venus de loin, les diplomates, je voudrais d’abord vous présenter mes excuses du comportement indélicat de ces gens qui ne représentent pas la jeunesse guinéenne», a déclaré d’emblée Alpha Condé à ses nombreux hôtes. Aux étudiants, le président de la République ne cache point sa colère. «J’ai été étudiant avant vous. Nous avons rendu l’Afrique fière de nous. On suspend donc les tablettes jusqu’à nouvel ordre. Ce n’est pas un droit.
C’est une mesure. Et ces syndicalistes étudiants, vous pouvez impressionner vos professeurs, vos ministres. Moi, vous ne m’impressionnez pas, Vous pouvez sauter et crier jusqu’à demain, ça ne me fait ni chaud, ni froid», a-t-il fait savoir, furieux, avant d’enfoncer le clou. «Ceux qui crient montrent seulement qu’ils sont mal élevés, mal éduqués. C’est tout ! On va vous apprendre à être des étudiants responsables, parce que vous n’êtes pas dignes de cela.
Donc, pour le moment, on ne mettra pas de tablettes à votre disposition. Ce n’est pas un droit. Même en France, aux EtatsUnis, on n’a pas distribué de tablettes. C’est notre volonté. Vous êtes indignes de cela. Donc, pour le moment, on suspend les tablettes jusqu’à nouvel ordre».
Après ces propos du chef de l’Etat, chacun s’est frayé un chemin pour regagner le domicile avec une déception qui ne dit pas son nom. Le Forum s’est poursuivi les jours suivants.
Par Mady Bangoura in Populaire N°565

Commentaires

Laisser un commentaire