Je suis inscrit dans l’opposition à Alpha Condé. J’ai rejoint un parti directement critique à l’égard du pouvoir dans mon pays. Je m’insurge de fait systématiquement sur les manquements, les errances et les erreurs du pouvoir. Mais même si je partage souvent ces points de vu critiques malheureusement cette fois-ci il y a l’art et la manière.
Ce n’est pas une langue serpentine, c’est une langue fielleuse et insultante.
Nous sommes loin du pamphlet. Mais loin de cibler le fond je ne comprends pas la forme.
Encore que, croyez-vous que parce que les puissances occidentales n’osent pas s’aventurer sur un terrain, nous pauvres petits noirs nous devrions rester derrière, passifs et sans réactions ? Excusez notre président d’essayer de remettre l’Afrique à sa place, monsieur N’Gono.
Cela étant il y a des mots qui ne devraient pas venir à l’esprit lorsque l’on parle d’un président de la république . Peu importe son bilan, peu importe son image, on respecte ce qu’il est parce qu’il est notre représentation, peut-être pas celle que j’ai voulue mais celle qu’aujourd’hui je suis et me vois contraint de défendre contre une petite plume, (et il m’en coûte).
User de l’insulte n’est pas seulement se rabaisser au rang d’écervelés mais c’est aussi finalement lui donner une légitimité. Que vous ayez perdu le respect de ces institutions cela vous regarde, mais ce faisant vous incitez d’autres que vous à vous imiter, vous n’aidez personne et personne n’en sort grandi. Puisque vous aimez Abraham Lincoln souvenez-vous d’une autre de ses phrases « Seul celui qui a à cœur d’aider, peut critiquer. » Je ne vois aucune aide dans vos phrases, seulement une succession d’insulte entrecoupée de faits malheureux pour notre pays et que nous combattons quotidiennement.
On ne parle pas de politique et du peuple comme l’on parle de football monsieur N’Gono, retournez-y !
Ahmed kourouma
Vice-président du parti Grup

Commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Quand quelqu’un critique le président, pourquoi c’est vous toujours et toujours vous les journalistes alimentaires qui répondez à la place de la personne concernée. Laissez le président se défendre, il a une bouche qui sait aussi bien insulter les gens même toute une nation. Vous versez dans la démagogie comme ça. La Guinée n’a plus besoin d’un homme fort, mais des institutions fortes. Tout le temps vous êtes là à défendre la cause d’un seul individu au détriment de toute une nation. On est fatigué de vous. Laissez cette nation avancée. Soit vous êtes démocrates ou vous êtes dictateurs. Si vous êtes dictateurs faites alors votre eugénisme sur cette terre et laissez les démocrates avancés.

Laisser un commentaire