Décidément on ne finira jamais d’évoquer ce feuilleton EBOMAF, un dossier qui a connu assez de rebondissement dans sa mise en œuvre.
Pour encore asseoir sa notoriété dans les projets routiers, EBOMAF a déployé sur le tronçon tout son arsenal matériel, son savoir-faire technique et technologique pour livrer à l’Etat guinéen et dans le délai requis la meilleure des routes possibles du pays. Ce n’est donc pas la volonté qui manque à cette entreprise qui,malgré certaines manœuvres en sa défaveur, a bien voulu accepter du lot qui lui avait pourtant été affecté. Ce qu’il ne faut pas ignorer, c’est la lenteur administrative qui caractérise les décaissements en faveur des entreprises bénéficiaires des marchés.
Il est inimaginable de croire que jusque là EBOMAF n’a pas perçu la totalité des avenants nécessaires pour ce travail. Malgré toute cette tracasserie, cette entreprise s’est résolue à entamer les travaux. Mais la prudence commande de ne pas avancer imprudemment dans un dossier dont on n’a pas la maitrise. Pourquoi affirmer fortuitement qu’EBOMAF a arrêté les travaux sur cet axe routier ?
Sur les faits et à travers les échanges de courrier entre l’entreprise contractante Ebomaf et l’État guinéen à travers le ministère des Travaux publics, Actuconakry est  à mesure de vous livrer les véritables causes de cette suspension des travaux sur le tronçon Kankan-Kissidougou.
EBOMAF a adressé une requête au Ministre des travaux publics, pour lui informer de l’arrêt des travaux à cause des pluies intenses incompatibles aux travaux de terrassement et autres.

En réponse, Madame la Ministre a accusé réception de sa requête, elle a concédé à la demande de l’entreprise. Cependant, elle demandera à EBOMAF de maintenir une équipe légère sur le terrain pour des éventualités.

Lisez la lettre réponse de Mme la ministre des travaux publics

Alors,quand on n’a pas la bonne information et, que l’on s’acharne contre une entreprise qui a au contraire assez accepté pour l’Etat guinéen, fait honte à la corporation. On a l’impression que l’on veut chercher des poux dans la tête d’EBOMAF car, à chaque fois ce sont des fausses informations que l’on s’empresse de distiller dans la presse, pour tenter certainement de salir la réputation de cette entreprise. On peut se tromper une fois mais chaque fois, on comprend aisément que c’est à dessein que ces hommes agissent.
Donc les journaleux qui manquent d’information sont priés de faire beaucoup attention à ce qu’ils couchent sur papier.
La crédibilité d’un journaliste est fonction sur la fiabilité et la véracité de ce qu’il propose à ses lecteurs. EBOMAF n’a nullement abandonné les travaux, elle a seulement demandé leur suspension à cause de la mauvaise saison. Et le département par la voix la plus autorisée a accédé à cette requête.
Méfions nous des fausses informations, elles peuvent être parfois dangereuses
Nous y reviendrons…
Lonceny depuis Kankan pour Actuconakry. com
Autres sources du retard sur ce tronçon à lire ci-dessous

Travaux Publics : Que faut-il savoir sur l’axe Kankan-Kissidougou ? (dessous et constat)

Commentaires

Laisser un commentaire