L’un des soucis majeurs du Pr. Alpha CONDE a été la réhabilitation des unités industrielles du pays construites au temps de la première république.
Tout le monde sait qu’avec la deuxième république la quasi-totalité de ces unités industrielles ont été victimes d’une privatisation sauvage et cela au détriment du peuple de Guinée.
Nos producteurs se sont retrouvés dans la dèche et dans l’inactivité. Les travailleurs de ces unités ont été des laisser pour compte.
C’est justement dans le souci de faire revivre la production nationale que le ministère de l’industrie a mis à la disposition des opérateurs économiques désireux certains de ces unités industrielles.
L’usine de jus de fruit de Kankan sera cédée à l’entrepreneur Sorel Doumbouya, pour un départ les producteurs ont bénéficié des avantages de cette unité industrielle. Leur production a été achetée et les premiers produits finis mis en vente et présentés à la télévision nationale ont été un réel motif de satisfaction.
Mais hélas, cette situation n’a été qu’éphémère car les producteurs de la région se sont retrouvés à la case de départ.
Au lieu que leurs productions n’alimentent l’usine, ils se sont retrouvés face au refus avéré de l’usine de prendre ces productions. Aucune raison n’a pourtant été donnée aux producteurs pour qu’ils sachent ce que l’on reproche à leurs productions.
C’est ainsi des tonnes et des tonnes de mangue, d’orange, de mandarine et de pamplemousse vont pourrir dans leurs mains. La joie de la relance de cette unité industrielle s’est muée en amertume on peut dire même en désespoir.
Ce qui est difficile à comprendre c’est l’obstination de Sorel Doumbouya à vouloir maintenir cette industrie alors qu’il n’a pas le temps matériel pour ce domaine.
Quand on sait que lui seul agit dans la presse avec Djoliba FM, dans les mines et aussi dans la pêche avec Djoliba pêche, on voit alors les raisons de cet abandon de la production locale.
Plus étonnant, c’est l’importation des produits finis du Maroc et de l’Espagne… pour cette usine avec la complicité tacite de certains cadres du département de l’industrie et des agents de la douane.
Peut-on dire dans ces conditions que Sorel Doumbouya n’évolue plus dans la ligne voulue par le Président de la république. Le soutien que le président CONDE voulait apporter aux producteurs de cette région n’a pas vu le jour pour des raisons que seul Sorel Doumbouya peut élucider.
Si réellement cette usine fonctionnait dans l’esprit qui a prévalu à sa restauration, ce serait pour le pays une source de devises et en même temps un facteur d’encouragement des producteurs.
Il est alors temps de voir claire cette situation inquiétante de l’usine de jus de fruit de Kankan. Si Sorel Doumbouya est incapable de faire face à ses obligations vis-à-vis des planteurs, qu’il accepte passer la main à un autre opérateur économique.
Ses multiples occupations ont prouvé qu’il serait préjudiciable pour les planteurs de continuer dans une pareille gestion de l’usine.
Seule la transformation des produits locaux dans les unités industrielles peut apporter un profit aux planteurs de la région.

Touraman Sory pour Actuconakry/Tel :631 63 63 87

Commentaires

1 commentaire

Laisser un commentaire