La sécurité de l’État peut-il devenir un frein à la liberté d’expression ? C’est un débat qui peut diviser l’opinion nationale mais, c’est aussi une menace qui pèse sur un droit constitutionnel qui est La liberté d’expression.
La colonne de la démocratie est brisée ! En s’attaquant au groupe de presse Gangan, en suspendant le Groupe Hadafo média, ou en parlant de l’ultimatum du groupe Évasion, les pouvoirs publics s’en sont pris à un droit assez important dans notre pays. « La liberté d’expression ». Des guinéens sont surpris par cette terreur inouïe de leur État avec cet attentat et ou par le fait qu’une valeur si importante ait pu être tabassée.
Le masque de la liberté est le berceau de la tyrannie.( Édouard Bricon).
Alpha Condé et la presse ou le mariage d’une courte durée ?
« La liberté n’est pas une chose dont on vous fait cadeau, on peut vivre en pays de dictature et être libre : il suffit de vivre contre la dictature. L’homme qui pense avec sa tête à lui est un homme libre. L’homme qui lutte pour ce qu’il croit juste est un homme libre. On ne va pas mendier sa liberté aux autres.
La liberté, il faut la prendre », cela dit, le maintien de la liberté est une lutte au quotidien.
Georges Washington disait que :’’si la liberté d’expression nous est enlevée alors, muets et silencieux, nous pourrons être conduits à l’abattoir comme des brebis’’. La situation au pays est inquiétante et la démocratie vient d’avoir sa colonne brisée.
Au pays de Condé, une lutte acharnée est ouverte contre les journalistes. Ils sont exposés à tout ! On botte les fesses du quatrième pouvoir ! La crainte et la déception sont lisibles ! Le rêve d’une possible cohabitation tourne au cauchemar et les vrais visages se découvrent.
L’acharnement à tord ou à raison contre la presse privée du pays est un signe de mauvaise santé pour notre démocratie à visage ridé. Le mariage fût de courte durée ! Les efforts de rapprochement sont finalement mis à l’eau ! Le régime Condé reprend enfin le masque qui lui est connu de tous. Et comme on a coutume à le dire : l’habitude est une seconde nature et les vieilles habitudes ont la peu dure. La liberté d’expression est une valeur incontournable et incontestable dans un pays démocratique.
Et pour Georges Orwell ‘’ Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre’’, donc, chers gouvernants, la Presse ne constitue pas une menace pour vous et non plus votre esclave. On est que des partenaires.
La liberté d’expression doit avoir ses limites mais aucune décision ne doit être une menace pour cette dernière.
Et à l’allure de la tenaille, on peut clamer haut et fort que la liberté d’expression est un droit menacé en Guinée.
Que chacun fait son travail dans les limites du droit sans être inquiété ! Car, l’exercice aussi de la liberté recommande la responsabilité.
Par Habib Marouane Camara
Journaliste et analyste Politique.

Commentaires

Laisser un commentaire