Le samedi, 25 novembre 2017 le Chef de l’Etat, Président de la République de Guinée, Alpha CONDE a convoqué au palais présidentiel, les syndicats, le patronnât, les parents d’élèves, les journalistes et les ministres en charge de l’éducation et de la fonction publique. Tour à tour, chaque acteur concerné par cette crise au niveau de l’école guinéenne, s’est exprimé largement et librement. Unanimement ils ont tous désapprouvé la grève et condamner cette attitude cavalière de cet individu Aboubacar Soumah.
Les deux centrales CNTG et USTG ont affirmé qu’elles ne sont ni de loin ni de près associées à ce que l’on pourrait qualifier de rébellion. Le SLECG a écrit pour se désolidariser de ce mouvement et a même suspendu cet égaré de Soumah. Le chef de l’Etat fera alors une mise en garde aux médias et à toute autre personne qui soutiendrait ce mouvement subversif. Un appel a été lancé aux enseignants et aux parents d’élèves pour la reprise des cours dès le lundi 27 novembre 2017.
Ainsi sur toute l’étendue du territoire cet appel a été entendu, excepter certains endroits où des esprits malveillants s’obstinent à braver le premier magistrat de la nation. Quand un enfant est bien éduqué, il respecte et observe les dits de président de la république
 Un bon citoyen, un patriote confirmé en fait autant car, il reconnait que le Président de la République est une institution, et qu’il incarne une parcelle très importante de la dignité nationale.
Malheureusement  Aboubacar Soumah et ses acolytes pensent pouvoir nuire au pouvoir en place en se servant de l’école guinéenne. Si réellement ils se battaient pour le bonheur des enseignants, ils auraient depuis longtemps agi dans ce sens. Mais un renégat exclu du mouvement syndical, qui ne représente rien sinon que ces oreilles, ne peut jamais être l’interlocuteur d’un gouvernement parce qu’il n’appartient pas au cadre de négociation.
 Ce qui est dommage dans ce pays c’est de voir certains qui se disent cadres se laisser tirer par les narines comme un bœuf de labour à cause des affirmations utopiques. Il ne faut jamais amalgamer syndicalisme et politique, donner de l’argent à des personnes abjectes pour tenter déstabiliser un régime démocratiquement élu relève de l’apatridie pure et simple.
 A Kindia une seule personne tente de démobiliser la ville à travers ses agissements anti républicains. Quand on est respectueux des principes démocratiques, quand on a la plus petite étincelle de dignité, on ne peut pas se livrer à une telle bassesse. Mais l’homme est ce qu’il est, il est la traduction physique de sa nature et de son statut social. Dans les sociétés traditionnelles, la stratification sociale relevait de certains principes, de certaines réalités à la fois historiques et sociologiques. Chaque individu agit inévitablement en fonction de sa classification sociale. Celui qui est esclave, forgeron, potier ou autres n’agira qu’en fonction de son appartenance sociologique.

 La diversion est le premier signe de la lâcheté, il faut apprendre à se battre à visage découvert que de se battre à visage caché. La haine, le mépris que certains nourrissent pour le Président  Alpha CONDE les tenailleront jusqu’à la fin de leurs jours. Celui qui est avec Dieu n’a pas peur des machinations sataniques des assoiffés de pouvoir. Tounkara n’est rien qu’un imposteur, un mendiant qui se cache derrière son manteau de philosophe désavoué pour inciter les crédules à le suivre. Kindia est la terre hospitalière par excellence, une ville qui n’accepte pas les remous sociaux. Tous ceux qui aiment la paix doivent savoir que cet individu malveillant est une punaise pour la paix de la cité. Il faut le dénoncer et l’empêcher de nuire à cette stabilité de la préfecture.

Lisez ce tract distribué ce matin par Oumar Tounkara à Kindia 

Tract du syndicaliste Oumar Tounkara

 En lisant ce tract qu’il a distribué ce matin dans les locaux de la BICIGUI, on comprendra aisément que Tounkara Oumar est un mauvais citoyen, un ennemi de la Guinée. Il incite les enseignants à ne pas venir au travail que cherche-t-il réellement ? L’amélioration des conditions de vie ou le pouvoir ?
Le temps nous édifiera

 Alkhaly Bangoura,Enseignant à kindia

Commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. […]  Le samedi, 25 novembre 2017 le Chef de l’Etat, Président de la République de Guinée, Alpha CONDE a convoqué au palais présidentiel, les syndicats, le patronnât, les parents d’élèves, les journalistes et les ministres en charge de l’éducation et de la fonction publique. Tour à tour, chaque acteur concerné par cette crise au niveau de […] Lire la suite … […]

Laisser un commentaire