Dans moins de deux mois se déroulerons les élections communales qui marqueront l’acte III de la décentralisation en Guinée.  Partis politiques et listes de candidats indépendants affûtent  leurs armes en vue de participer à la compétition électorale.  Au lendemain de ce scrutin, le paysage politique présentera un nouveau visage. C’est d’ailleurs ce qui lui confère une dimension nationale.
De nombreuses inconnues
Communes urbaines et rurales jouissent d’une certaine autonomie. Dès lors, les enjeux du scrutin se déclineront de manière propre à chaque commune. Le résultat des urnes déterminera pour chaque commune les orientations prises en matière de fiscalité, d’investissement, d’amélioration de la qualité de vie, de salubrité, de santé publique, de  la participation citoyenne…
En conséquence, quels projets politiques porteront les partis et  listes qui prendront part au scrutin ? Quels seront les enjeux mis au centre de la campagne, localement et de manière plus globale ? Cela sera-t-il de nature à intéresser les électeurs et à rapprocher le politique et le citoyen, relation qui paraît particulièrement abîmée après les turbulences politiques récentes ?
Conakry, déterminera
Composée de cinq (5)  grandes communes, la grande bataille se jouera dans la zone de Conakry.Certes, le parti qui parviendra à contrôler Conakry balisera sa victoire pour 2020.  Du coup, l’équation est à variable doublepour tous ceux qui aspirent à la magistrature suprême. Affermir son ancrage localet mieux préparer les futures échéances.
A l’intérieur du pays, la compétition sera rude pour le contrôle des communes urbaines mais aussi de quelques sous-préfectures dont le poids économique est très important.
Défis logistiques
Sans doute, ses élections représentent un défi organisationnel très important pour les démembrements de la CENI qui sont à leur toute première expérience, dans la gestion des opérations électorales du bout en bout.
Face aux partis politiques, s’unir ou périr
Le scrutin sera marqué par la multiplicité des listes avec une forte participation des indépendants. La  performance des candidatures indépendantes dépendra forcement de leur capacité à s’unir, ou à faire une alliance unique par commune en vue de fédérer les énergies pour mieux affronter les partis traditionnels qui sont déjà mieux organisés. Cette union permettra de brouiller le clivage partisan de la vie locale. Pierre Bourdieu nous a mis en garde au sujet des professionnels de la politique  en ces termes : « Ils servent les intérêts de leurs clients dans la mesure (et dans la mesure seulement) où ils se servent en les servant […]»
Les observateurs s’interrogent. Le 04 février 2018, marquera-t-il l’âge d’or de la démocratie participative ou le saut dans l’inconnu ?
Par Amadou Tidiane Barry, acteur de la société civile.
Contact : (00224) 628-827-410/ e-mail : barrytidiane2012@gmail.com

 

1 commentaire

  1. […] Dans moins de deux mois se déroulerons les élections communales qui marqueront l’acte III de la décentralisation en Guinée.  Partis politiques et listes de candidats indépendants affûtent  leurs armes en vue de participer à la compétition électorale.  Au lendemain de ce scrutin, le paysage politique présentera un nouveau visage. C’est d’ailleurs ce qui lui confère […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here