L’initiative présidentielle pour l’organisation des fêtes tournantes a permis de changer la physionomie des préfectures bénéficiaires.
Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre à Boké, à Nzérékoré et à Mamou. Ces festivités tournantes ont renforcer la présence de l’Etat à l’intérieur du pays à travers ces infrastructures administratives et sociales. C’est à Boké que le ton sera donné. les entreprises bénéficiaires des marchés ont eu un préfinancement de la part de l’Etat pour la réalisation des chantiers. A Nzérékoré c’est la même logique qui a été observée tout comme à Mamou.
Mais contrairement aux précédentes fêtes tournantes, il a été demandé aux entreprises qui ont bénéficié des contrats de faire un préfinancement à hauteur de 50% du montant global du marché. Ces dernières soucieuses de mériter de la confiance en elles placée accepteront cette logique pour exécuter correctement les travaux. L’Etat a payé à certaines entreprises la totalité de leur droit parmi lesquelles d’ailleurs il faut rappeler il y avait beaucoup dont les travaux étaient inachevés.
Le reste des entreprises qui ont accepté travailler dans le respect du délai contractuel n’ont pas été désintéressées totalement.
L’Etat doit payer les 10% à la remise des infrastructures à chaque entreprise, ce qui n’est jusque là pas fait. Et selon une source bien introduite, les festivités de Kankan se dérouleront le 22 décembre prochain selon des indiscrétions. Si tel est le cas, ces entrepreneurs ont peur de ne jamais rentrer en possession de leurs droits une fois les festivités terminées.
C’est pour cette raison qu’ils décident tous de passer par tous les moyens de saboter ces commomérations dans le cas où leur dû ne serait pas payé.
On se demande à quel niveau se trouverait ce goulot d’étranglement, est ce le ministère des finances ou alors des bandits à col blanc qui veulent s’en procurer ?
Le chef de l’Etat serait-il au courant de leur calvaire, ou tout simplement ce sont les vieilles habitudes à la vie dure qui s’invitent à la fête ?
Ce sont autant de questions qui méritent d’être posées quand on sait que dans ce pays, il ya des hommes subtiles à contourner des instructions présidentielles. Alpha CONDE souhaite réellement le changement pour ce pays mais les hommes en qui il porte souvent confiance, ne partagent pas sa vision.
Ils agissent toujours dans l’ombre pour décourager les citoyens honnêtes et travailleurs. Ils n’agissent que dans le seul but de décrédibiliser le Président de la République et nuire à sa réputation.
Cette situation mérite d’être connue de tous pour ne pas que l’on dise le moment venu que les entrepreneurs font la mauvaise foi pour nuire à cette célébration. C’est par patriotisme qu’ils ont engagé leur avoir pour répondre à l’appel justement de cette patrie. beaucoup se sont lourdement endettés au niveau des banques pour faire face à ces travaux, aujourd’hui il faut payer à celles-ci l’argent qu’ils ont emprunté.
C’est pour cette raison qu’ils attirent l’attention de tous sur la question et demandent humblement au Chef de l’Etat de leur permettre d’entrer en possession de ce que l’Etat les doit.
Deux poids deux mesures voilà la réalité pour le financement de ces festivités tournantes. Au début l’Etat a préfinancé et pour Kankan on exige des entrepreneurs de s’autofinancer à hauteur de 50%. S’ils ont accepté cette logique, il n ya pas de raison que l’Etat ne les paye pas leur droit. Donc les festivités de Kankan risquent de connaitre de sérieux malentendus si l’on ne prend pas garde.
Alpha S. Pour Actuconakry. com/ Tel : 622 56 56 67

Commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. […] L’initiative présidentielle pour l’organisation des fêtes tournantes a permis de changer la physionomie des préfectures bénéficiaires. Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre à Boké, à Nzérékoré et à Mamou. Ces festivités tournantes ont renforcer la présence de l’Etat à l’intérieur du pays à travers ces infrastructures administratives et sociales. C’est à Boké que […] Lire la suite … […]

  2. […] L’initiative présidentielle pour l’organisation des fêtes tournantes a permis de changer la physionomie des préfectures bénéficiaires. Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre à Boké, à Nzérékoré et à Mamou. Ces festivités tournantes ont renforcer la présence de l’Etat à l’intérieur du pays à travers ces infrastructures administratives et sociales. C’est à Boké que […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE