La Cour des comptes a présenté ce jeudi, 11 janvier 2018, son premier rapport d’activités 2016 à la presse, à son siège, sous l’égide de son premier président, Mohamed Diaré, qui en était le principal conférencier, entouré par les membres de son institution. Une rencontre au cours de laquelle il a détaillé les missions accomplies par la Cour des comptes depuis sa mise en place. (Récit)
Devant un parterre de journalistes, le premier présidentde la Cour des comptes, Mohamed Diaré, s’est soumis à une explication pour éclaircir la lanterne des journalistes sur l’organisation, le fonctionnement et le contenu du premier rapport annuel 2016 de son institution.
Parlant des travaux assignés à la Cour des comptes, Mohamed Diaré illustre:
« Conformément à l’article 116 de la constitution et les articles 3 et 24 de la loi organique, L/2013/046/CNT du 18 janvier 2013, portant organisation, attributions  et fonctionnement de la Cour des comptes et le régime disciplinaire de ses membres, qui  disposent en ces termes :
La Cour des comptes élabore chaque année à l’attention du président de la République et le président de l’Assemblée nationale un rapport d’activités sur les résultats de l’ensemble de ses travaux de l’année précédente.
Ce rapport retrace les observations, recommandations et conclusions formulées par la Cour et présente le cas échéant les propositions de réformes qu’elle estime utile. Ce rapport est publié dans le journal officiel ».
Et de poursuivre : « La remise officielle de ce rapport a déjà été faite au président de la République et au président de l’Assemblée nationale. C’est à la suite de cet exercice que nous avons jugé opportun  d’organiser cette rencontre, premier du genre depuis la nomination des groupes hiérarchiques de la Cour des Comptes en janvier 2016.
La Cour des comptes actuelle a succédé à la chambre des comptes de la Coursuprême, qui elle-même aussi, a succédé à la première Cour des comptes, créée en 1967. Toutefois, il est important de signaler, depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, aucun contrôle juridictionnel n’a été conduit à son terme, donc, aucun arrêt de jugement des comptes comptables publics n’a été conduit.
Aussi au sortir de la période de la transition, la situation des finances publiques, héritée par les autorités issues des élections présidentielles de 2010, était particulièrement préoccupante. Cette situation a conduit au gouvernement, à engager un vaste programme de réformes et corps de contrôle et d’assainissement économique et financier en République de Guinée, en application, des  dispositions des articles 77 et 116 de la constitution de 2010. La loi organique L/2013/046/CNT du 18 janvier 2013 a été adoptée ».
Selon le conférencier, cette nouvelle Cour des comptes constitue une institution supérieure de contrôle des finances publiques et une juridiction financière indépendante. A ce titre, qu’elle dispose d’attributions juridictionnelles et consultatives. De par ses attribution a posteriori des finances publiques, d’information et de conseils à travers ses rapports publics, la Cour de comptes contribue à la sauvegarde du patrimoine public, ainsi que le contrôle de la sincérité de la transparence de la gestion des finances publiques, à la lutte contre le détournement de deniers publics, la corruption et toutes infractions économiques, à l’amélioration des méthodes et des techniques  de la gestion publique, à la rationalisation de l’action administrative et à l’évaluation des politiques et programmes publics. Et constitue la source d’information privilégiée des contribuables et des citoyens sur la gestion des fonds publics. Explique-t-il.
Et d’en finir : « Ce présent rapport annuel d’activités donne une bonne connaissance de la Cour des comptes. Et rend compte les résultats  des activités de sa mise en place et de son opérationnalisation au cours de sa première année d’exercice.
Il présente dans sa première partie, les attributions, compétence et l’organisation de la Cour des comptes. Et deuxième partie, sa mise en place, sa composition et les ressources humaines, financières et matérielles de la Cour des comptes.Et dans sa troisième partie, les activités réalisées en 2016, aux plans institutionnel, organisationnel, fonctionnement de la formation et des arriérés juridictionnels. Et dans la quatrième partie, les perspectives et recommandations de la Cour des comptes ».
A rappeler selon le conférencier, l’année 2016 a été consacrée à l’élaboration des textes réglementaires, au recrutement des conseillers référendaires, des auditeurs, les voyages d’étude et à la formation des magistrats de la Cour aux métiers des juges de comptes.
Et à la fin de cette conférence de presse, le premier président de la Cour des comptes, Mohamed Diaré, s’est soumis à l’exercice des questions des journalistes.
Moussa  Diabaté pour actuconakry.com

1 commentaire

  1. […] La Cour des comptes a présenté ce jeudi, 11 janvier 2018, son premier rapport d’activités 2016 à la presse, à son siège, sous l’égide de son premier président, Mohamed Diaré, qui en était le principal conférencier, entouré par les membres de son institution. Une rencontre au cours de laquelle il a détaillé les missions accomplies […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here