Cette grève des enseignants libres et chercheurs de Guinée a affecté ce lundi 12 février 2018 dans sa première journée, le centre de formation professionnelle et l’école des soins de santé communautaire de Labé.
Au centre de formation professionnelle par exemple , actuconakry.com na trouvé aux environs de 8h45 que des salles de classes déserte et certaines fermées, des élèves au dehors, d’autres sur le chemin du retour aux domiciles.
Le constat il a été le même à lécole des soins de santé communautaire. Quant aux enseignants, ils ont brillés par leur absence dans les écoles.
Trouvé dans son bureau, le directeur des études du CFP de Labé a confirmé au micro dactuconakry.com le boycott des cours dans leur établissement professionnel.
Des élèves expliquent : «  dès 8 heures 30 comme d’habitudes, on était à l’école mis très malheureusement, ils n’ont pas fait cours.

Aucun enseignant n’est venu ce matin pour donner cours. Nous sommes au dehors ici en train de cause au moins sur l’issue de cette grève déclenchée.

Nous sommes inquiets pour notre avenir. Chaque jour on assiste à un mouvement qui affecte dangereusement notre formation», se sont lamentés des élèves anxieux.
A l’école normale des instituteurs, toutes les salles de classes étaient fermées. Le directeur Sékou NFanly Oualaré nous a confié que cette situation n’est pas due à la grève déclenchée par le SLECG sous les couleurs dAboubacar Soumah. Mais plutôt du fait que tous les élèves maîtres selon leurs programmes de formations suivent actuellement des stages de responsabilité et de pratique accompagnée dans les différentes écoles des régions administratives de Labé et Mamou.

Car selon le directeur général de l’ENI de Labé, le professeur d’école normal est soumis à 15 heures de cours de formation théorique et 5 heures de formation pratique sur le terrain.
Cette série de stage de responsabilité et de pratique accompagnée a débuté pour les élèves de la 1ère Années depuis le 4 février dernier pour prendre le 22 du même mois. Quant aux élèves maîtres de la 2ème Année depuis le 5 février 2018 pour finir selon les conditions normales le 5 avril prochain.

Pour l’heure aucun incident na été enregistré pour ce premier jour de grève illimitée déclenchée par les SLECG sous le magistère d’Aboubacar Soumah. Ils exigent entre autres ces syndicalistes de l’éducation, l’application du point d’indice 1030 et la fixation du salaire de base de l’enseignant à huit millions de francs guinéens (8 000.000 fgs).
Labé, Boubacar Timbo Diallo

2 COMMENTAIRES

  1. […] Cette grève des enseignants libres et chercheurs de Guinée a affecté ce lundi 12 février 2018 dans sa première journée, le centre de formation professionnelle et l’école des soins de santé communautaire de Labé. Au centre de formation professionnelle par exemple , actuconakry.com na trouvé aux environs de 8h45 que des salles de classes déserte […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here