Une délégation du gouvernement guinéen et plusieurs personnes du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) se sont assises à la même table pour des discussions au palais du peuple.

Le mediateur de la République qui souhaite arracher aux deux parties un accord d’entente serait-il au bout de son soufle ?
La question a tout son pesant d’or car les camarades au principal meneur de la grève declenchée le 12 février 2018 veulent simplement se retirer de la table si et seulement si le vendredi prochain, le gouvernement n’apportera pas dans son colis des propositions concrètes à leurs revendications.
Pour cette troisième journée, il faut retenir, que le discours des enseignants grévistes ne changeait pas d’in iota et que les lignes n’ont pas bougé

Kaba Mohamed 

 

1 commentaire

  1. […] Une délégation du gouvernement guinéen et plusieurs personnes du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) se sont assises à la même table pour des discussions au palais du peuple. Le mediateur de la République qui souhaite arracher aux deux parties un accord d’entente serait-il au bout de son soufle ? La question a […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here