Votre devoir est un devoir sacré, celui de former et d’assurer l’éducation de la jeune génération, relève de demain. C’est pourquoi sous tous les régimes connus dans le  pays, notre corporation a connu une dénomination spécifique : « militant d’honneur, citoyen d’honneur ». Malgré les conditions parfois difficiles, les pionniers de cette corporation ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour sauver la patrie en offrant la science à la génération montante. Ils ont mis en avant l’intérêt supérieur de la nation, en agissant par patriotisme et non par cupidité comme on le constate malheureusement aujourd’hui.
La défense de vos intérêts a été toujours l’affaire de l’intersyndicale de l’éducation mais c’est regrettable de voir des enseignants se renier pour suivre des individus mal intentionnés, dont le seul souci est la défense de leur égo et non l’intérêt des enseignants. Celui qui possède la plus petite étincelle de patriotisme et de probité morale est unanime à reconnaitre que :
  • L’enseignant est le mieux payé de tous les agents de la fonction publique guinéenne. Pour s’en convaincre il suffit de faire une comparaison avec les collègues des autres corporations. Un agent du même grade et échelon qu’un enseignant touche moins que lui. Depuis 2010 en comparant les bulletins on se rend compte des multiples augmentations des salaires surtout chez les enseignants.
  • On vous fait miroiter la fausse promesse de  huit millions. En réalité les enseignants sont-ils les seuls agents de la fonction publique ? Les autres fonctionnaires n’ont-ils pas eux aussi droit à de tels avantages ? Si chaque corporation en faisait autant où ira le pays ?
Soumah ne défend que ses intérêts mais pas celui des enseignants. Et la conduite de sa revendication a débordé le cadre syndical pour avoir un relent politique. Entre la politique et le syndicat la tentation est très grande. Malgré les bonnes intentions du gouvernement qui a accepté assouplir sa position, Soumah et sa bande s’obstine en se radicalisant d’avantage. Est-ce réellement la défense des intérêts de cette corporation ou la mise en évidence d’un dessein politique inavoué ?
Le mentor de Soumah Aboubacar est Abdourahamane Sanoh du PCUD. Ce dernier est mécontent du fait que son PCUD ne bénéficie d’aucune attention de la part du pouvoir en place qui, a une préférence pour le CNOSCG de Dansa. Il demande la radicalisation de Soumah pour mettre en œuvre leur dessein de provoquer une insurrection populaire. Selon nos sources il a une promesse de devenir président de la transition en cas de réussite de leur complot. Nous avons tous exigé la démocratie pour notre pays, il ne faut pas que quelques individus viennent détruire ce qui a été conquis au prix de moult  sacrifices. Pour cela il faut refuser la manipulation et ne plus faire le « mouton de Panurge » en ne cherchant pas à comprendre et analyser ce que l’on nous soumet souvent. Il faut que vous manifestiez votre patriotisme en acceptant de venir à l’école et éloigner le spectre de l’année blanche. C’est par ignorance et méconnaissance des articles et principes que l’on peut se targuer d’une telle chose. Que signifie année blanche ?
  • C’est avant tout la stagnation des élèves dans la même classe durant deux ans.
  • C’est la résiliation du contrat de l’Etat avec les enseignants pour le temps que cela va durer. Juridiquement, l’Etat sera en droit de ne plus payer les salaires aux enseignants à cause de cette résiliation temporaire. Il est préférable de se contenter de cette concession faite par le gouvernement, que de s’obstiner à suivre des individus qui ne veulent que déstabiliser le pouvoir. Un tien vaut mieux que deux tu auras. L’un est sûr l’autre ne l’est pas dit-on souvent.
  • En acceptant alors cette année blanche, votre conscience demeurera en feu pour le restant de votre vie. Vous vous serez rendus coupables de la destruction de l’avenir d’une génération rien que pour assouvir les desseins égoïstes de certains individus.
L’année blanche a des conséquences incommensurables sur le pays et sur le système éducatif en général. Ceux qui disent aujourd’hui qu’ils sont mal payés, si on venait par suite de l’année blanche supprimer les salaires comment vivront-ils ? En toute chose il faut le bon sens, dialoguer avec la raison et refuser la haine et le mépris.  Qui est aujourd’hui content de la situation que vit  le peuple, qui n’est pas interpellé par ses voisins et ses connaissances face à cette grève ? Refusez d’être stigmatisés comme misérables ou comme de pauvres hères. Soyez fiers de ce que vous êtes et de ce que vous faites dans cette vie. L’enseignant a sa marque dans la réussite de tous ces cadres qui foisonnent dans le pays. Refusez de faire défaut à votre  qualité d’éducateur que le peuple vous concède. L’amélioration de la qualité de vie des travailleurs en général est une des préoccupations fondamentales du gouvernement, mais elle doit se faire graduellement et non subitement.
      Reconnaissez les gros efforts consentis par les autorités de la troisième République en faveur des travailleurs guinéens. Si ailleurs on se bat pour les arriérés de salaire de six mois, chez nous les salaires sont régulièrement payés et à temps. Pour cela vous devez  être reconnaissants pour le gouvernement qui vous évite une telle réalité.
     Chers enseignantes et enseignants, la Guinée est notre patrie commune, elle ne sera que ce que l’on voudra qu’elle soit. Refuser la manipulation pour vous livrer au travail de développement national qui n’est possible que dans la paix et la quiétude.

Alpha Amadou Diallo,Enseignant à Labé 

 

 

1 commentaire

  1. […] Votre devoir est un devoir sacré, celui de former et d’assurer l’éducation de la jeune génération, relève de demain. C’est pourquoi sous tous les régimes connus dans le  pays, notre corporation a connu une dénomination spécifique : « militant d’honneur, citoyen d’honneur ». Malgré les conditions parfois difficiles, les pionniers de cette corporation ont donné le meilleur d’eux-mêmes […] Lire la suite … […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here