Le Monde a publié ce vendredi une enquête intitulée « Au Sénégal, la polygamie ne rebute plus les femmes instruites ».

« La pratique, combattue autrefois par les féministes, attire une nouvelle génération de femmes », écrit le journal français sous la plume de Coumba Kane. « 35,2 % des ménages sénégalais polygames », révèle l’étude, avec à l’appui, des données de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie datant de 2013.

« Ainsi, près d’un quart des femmes ayant un diplôme universitaire acceptent de devenir deuxième, troisième ou quatrième épouse, d’après le dernier recensement démographique paru en 2013. Une tendance qui va à rebours d’une idée reçue : la polygamie n’est plus réservée aux milieux populaires et ruraux », en déduit Le Monde.

« On est passé d’une génération de femmes instruites dans les années 1960-1970 farouchement opposée à la polygamie à une génération qui l’assume, voire la revendique », explique, dans les colonnes du journal, Fatou Sow Sarr, maître de conférences à l’université Cheikh-Anta-Diop, à Dakar, et fondatrice du laboratoire Genre et recherche scientifique de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN).