Ministère des travaux publics, que se passe-t-il réellement ?
Comme la loi de la nature, celle de l’administration aussi est inexorable. Quand on vous nomme par décret, c’est que vous venez remplacer un autre. De la manière dont ce dernier vous a cédé son bureau, il faut être convaincu que quelqu’un d’autre viendra un jour vous dire de lui céder le bureau.
C’est cela la loi de l’administration à laquelle tout le monde doit obéir. Les ministres remerciés ont posé des actes qui ne sont pas tous négatifs. L’homme se juge par ce qu’il fait et par ce qu’il dit.
Si ce qu’il dit est en contradiction avec ce qu’il fait, on le juge inexorablement par ce qu’il fait. Ont-ils été à la hauteur de la confiance en eux placée ? Ont-ils répondu à l’attente des populations, c’est-à-dire se mettre à leur écoute ? Ce sont là des questions qui talochent souvent les esprits face à une telle situation.
La cérémonie de passation de service entre le ministre entrant Moustapha Naïté et le sortant Oumou Camara n’a pas eu lieu pour une raison assez anodine. Alors que tout était prêt pour la cérémonie, les invités et autres protocolaires présents, dame Oumou Camara a brillé par son absence. Au lieu d’informer très tôt de son indisposition pour raison de santé, elle manifestera un mutisme total. Ce n’est que très tard que l’assistance saura à travers le secrétaire général du gouvernement, que dame Oumou camara est malade.
Une telle déclaration laconique n’est pas de nature à rassurer, elle sous-tend une autre réalité. On ne nait pas ministre, mais on le devient pour un temps défini. Mais en Guinée on a l’impression qu’une fois nommé ministre on doit occuper ce poste à vie.
Oumou Camara se  fonderait-elle  sur les ragots des quartiers qui prétendent qu’elle est une bonne travailleuse, parce qu’elle est souvent à la télé pour la pose des premières pierres?
Quand on a une foi solide, c’est de tels comportements qu’il faut éviter.
Pourquoi maintenant contester l’arrêt de Dieu. Ce sont les autres qui peuvent vous apprécier, l’homme ne dispose d’aucun élément d’appréciation sur sa propre personne.
La mésentente entre Oumou Camara et son secrétaire général était à la place publique, tout le monde en parlait. Qu’elle se refuse de venir pour faire une passation de service témoigne à suffisance son désir de se perpétuer à ce poste.
En fait qu’est ce que cette dame a posé réellement comme acte depuis son arrivée à ce département ?
Tout son temps à ce département n’aura été consacré uniquement qu’à des poses de premières pierres.
Si elle se fie aux racontars des quartiers pour dire qu’elle est meilleure et qu’elle ne doit pas quitter ce poste, elle aura agi par pure naïveté.
A ce rythme ne peut-on pas dire qu’elle risque de suivre les traces de Makanéra ? On le sait dans ce pays dès qu’un ministre est évincé du gouvernement ou il crée son parti, ou il rejoint l’opposition.
Dame Oumou,c’est Dieu qui l’a voulu ainsi, il faut donc l’accepter !

Par Moustapha Kaba