ACTUCONAKRY.COM  / Depuis quelques années, la population guinéenne souffre d’une pénurie d’eau potable . Une situation qu’elle n’arrive plus à surmonter.Mais, forcément elle doit encore attendre les dieux d’autre monde.
Et, vraisemblablement, la réponse à la lancinante question de l’accès à l’eau potable pour les guinéens n’est pas encore dans l’esprit des responsables de la société des eaux de guinée (SEG).
Au regard de la principale raison qui n’est autre qu’une gestion chaotique, il faudra le secours des dieux  pour résoudre cette équation à mille inconnues du précieux liquide.
Quelques raisons confiées à notre rédaction au cours de nos enquêtes
A coyah : le système est défaillant,5 forages sur 10 seraient en arrêt, manque d’éclairage à la station.
Kindia : Une pompe sur 3 à l’exhaure en panne, une pompe de refoulement sur 3 en panne, défaillance du système de traitement, manque d’éclairage à la station, équipements de la salle de commande non protégés
Dubréka : un forage sur 4 en panne, difficulté majeure de production, manque d’éclairage des sites d’exploitation, système de comptage et de traitement défaillant etc..
Boffa : Difficulté majeure de production, manque d’eau et pollution majeure de la source etc..
Kankan : Deux pompes de refoulement sur six (6 en panne, le système de traitement et de comptage est défaillant, manque d’étanchéité des vannes DN 400 d’alimentation du réservoir de 100m3
Les sites de Conakry :1) stade du 28 septembre : Un forage sur 2 en panne,l’agitateur du bac HTH en panne
Kakimbo : Manque du groupe électrogène sur le site , trois pompes de reprises sur 5 en panne,4 forages sur 11 en arrêt dont 2 nouveaux non opérationnels en projet etc..
Kobaya : Manque de groupe électrogène sur le site , trois pompes de reprises sur 5 en panne , 5 forages sur 12 en arrêt dont 2 nouveaux non opérationnels en projet, etc..
Pour ne citer que ceux-là, vous comprendrez bien qu’ici les 80 % des matériels de la SEG sont insalubres et c’est aujourd’hui tous ces problèmes qui entravent l’alimentation correcte en eau potable des paisibles populations de guinée.
Des responsables de la SEG contactés par nos soins soutiennent mordicus que « ces problèmes qui assaillent l’industrie d’exploitation auraient pû être réglés promptement sans même attendre l’intervention du gouvernement et des partenaires si les ressources financières qui sont placées sous la responsabilité directe du seul patron qui n’est autre que Diouldé Diallo étaient correctement gérées. »
Ce problème d’eau va jusqu’à perturber le bon déroulement de certains services essentiels . C’est le cas des écoles,des mosquées,des bureaux, et même les hôpitaux où  les parents des malades hospitalisés éprouvent d’énormes difficultés pour s’approvisionner en eau potable.
La situation est préoccupante dans d’autres préfectures et régions où la société des Eaux de Guinée n’existe que de nom.
Nous y reviendrons !

Alpha S . pour Actuconakry.com