Préoccupée par la crise sociale liée au réajustement des prix des produits pétroliers à la pompe intervenu le 1er juillet 2018, la coalition des jeunes femmes cadres de Guinée pour la paix (CJFC-GP) a, dans une déclaration rendue publique ce dimanche 15 juillet 2018, invité le gouvernement, les syndicats et la société civile à privilégier le dialogue.

Par la voix de sa présidente, Mme Keita, cette coalition féminine a précisé : ‘’La situation que nous vivons aujourd’hui dans notre pays, due à l’augmentation du prix du carburant à la pompe nous interpelle tous. Notre pays risque à nouveau de se plonger dans une crise qui risque de provoquer des violences, des violences qui pourraient causer des morts, des dégâts matériels énormes. Nous femmes de Guinée, sommes inquiètes et angoissées puisque nous n’avons pas encore ôté nos tenues de veuvage de nos maris décédés lors des grèves précédentes. Endeuillées par la disparition tragique et cruelle de nos enfants arrachés à nos affections, devons nous nous attendre encore à d’autres tragédies ? Nous disons non et non.’’

Poursuivant, elle (coalition des femmes) a mentionné : ‘’Nous femmes de Guinée regroupées au sein de la Coalition des jeunes femmes cadres de Guinée pour la paix (CJFC-GP) venant des quatre coins de notre pays, respectons la légitimité des revendications des syndicats, de la société civile, et lançons un appel à leur endroit pour privilégier le dialogue en lieu place d’une quelconque grève. Nous le savons tous aujourd’hui, l’aboutissement des remous sociaux de quelque origine que se soit dans notre pays…’’

Plus loin, elle a ajouté : ‘’La coalition des jeunes femmes cadres de Guinée pour la paix, vous demande de mettre la Guinée en avant, pour que les germes de la paix et de cohésion plantés par nos grands parents habitent toutes et tous. Nous avons une histoire commune qui obéit au respect des valeurs sacrées de notre nation : la paix et l’unité nationale (…) Les femmes de Guinée, par ma voix, vous appelle et vous invite donc à la paix, à l’unité nationale et à la cohésion sociale, afin de donner la chance à nos enfants de bénéficier, de nos sacrifices et de nos labeurs dans un élan patriotique.’’

Par Youssouf Keita