Plus de 48h sans les résultats provisoires du scrutin du 29 juillet dernier, 16 candidats (voir la liste) s’unissent et tapent du poing sur la table. Dans une déclaration commune lue par le candidat Modibo Koné, ils émettent des réserves sur l’acceptation des résultats du vote. C’était ce mercredi matin, à la Maison de la presse.
maliweb.net – «Beaucoup de circonstances qui jurent d’avec la démocratie», attaque le candidat Mohamed Ali Bathily sur un ton inamical. «Des circonstances, poursuit-il, qui nous permettent de nous demander si nous étions dans une consultation électorale ou dans un marché électoral». A entendre Bathily, le jeu semblait jouer d’avance. «Nous nous demandons finalement si une corde n’avait pas été déjà préparée pour être mise à nos cous et la fonction donnée à la Cour Constitutionnelle de nous pendre», indique Bathily.
Dans leur déclaration, les candidats frondeurs dénoncent : l’utilisation abusive des moyens de l’Etat par le président de la République sortant, candidat à sa propre réélection; le retrait massif de cartes d’électeur par des personnes non titulaires et non habilitées ; la corruption et achat du vote des électeurs à ciel ouvert ; le bourrage d’urnes et attribution de résultats fantaisistes à des candidats ; l’utilisation frauduleuse de certaines cartes d’électeur non retirées ; l’utilisation illégale de procurations dans certains bureaux de vote ; le port de T-Shirts et casquettes par les partisans du candidat Ibrahim Boubacar KEITA notamment au cours de son meeting électoral tenu le 23 juillet 2018 à Libreville….
Les 5 mesures à prendre…
Au vu de toutes ces irrégularités, les candidats demandent : une évaluation de la mise en œuvre des mesures annoncées lors de la rencontre entre les candidats et le Premier ministre le 28 juillet 2018 ; la publication de tous les résultats bureau de vote par bureau de vote ; la publication du nombre de procurations utilisées par bureau de vote ; le démenti par la Cour Constitutionnelle de graves accusations portées contre elle et l’ouverture d’une enquête judiciaire ; la publication de la liste détaillée des localités et des bureaux de vote où l’élection n’a pu se tenir le 29 juillet 2018.
Sans la prise en compte de ces doléances, les candidats préviennent qu’ils «n’accepteront pas des résultats affectés par les irrégularités énoncées ci-dessus ». Aussi, les frondeurs «appellent les observateurs nationaux et internationaux à examiner et analyser avec la plus grande neutralité nos observations et critiques».
Mamadou TOGOLA /maliweb.net
 Liste des 16 candidats frondeurs
  1. Mohamed Ali BATHILY
  2. Soumaïla CISSE
  3. Aliou DIALLO
  4. Mamadou Igor DIARRA
  5. Dramane DEMBELE
  6. Housseiny Amion GUINDO
  7. Modibo KADJOKE
  8. Modibo KONE
  9. Choguel Kokalla MAIGA
  10. Oumar MARIKO
  11. Kalfa SANOGO
  12. Mamadou O. SIDIBE
  13. Modibo SIDIBE
  14. Mountaga TALL
  15. Hamadoun TOURE
  16.  Moussa Sinko Coulialy
    Avec Maliweb