ACTUCONAKRY.COM / Accusée par le bureau exécutif du SLECG version Aboubacar Soumah pour le vandalisme opéré ce matin au siège du syndicat libre des enseignants et chercheurs de guinée à Donka, Mme Kadiatou Bah joint au téléphone par notre rédaction donne la version des faits.
Actuconakry.com : Expliquez-nous comment est-on arrivé au vandalisme ce matin au siège du SLECG

Mme Kadiatou BAH : Nous n’avons jamais attaqué le siège du SLECG qui est notre bébé, le siège du SLECG a été mis sous scellé par un huissier de justice depuis janvier 2018 parce qu’ils ont été les premiers, Aboubacar Soumah et son équipe, ils sont venus nous attaqué là-bas et la deuxième fois quand nous avons fermé le siège, ils sont venus casser les cadenas et emporter tous ceux qu’ils voulaient ce jour.
C’est ainsi que nous avions porté plainte ,nous avons été auditionné par la gendarmerie de Dixinn et le problème est transporté au tribunal de première instance de Dixinn.
Suite à tout ça, on a pris des avocats,un huissier de justice est venu faire son constat par trois fois et il a mis le siège sous scellé, les documents ont été déposé au tribunal de première instance de Dixinn.
Vous vous souvenez qu’une plainte a été déposée au tribunal de première instance de Dixinn, Aboubacar Soumah a voulu révolter tous les enseignants pour dire d’arrêter les cours et de l’accompagner au tribunal.
C’est ainsi que ,le ministre Ibrahima Kalil Konaté d’alors nous a demandé de sursoir à toute plainte jusqu’à la fin des examens.
Nous, nous n’avons jamais fréquenté le siège parce que nous respectons les lois de ce pays.
Pendant que nous attendons la justice faire son travail ,nous sommes surpris de constater qu’elle n’en parle pas et Aboubacar Soumah continue à fréquenter le siège, à faire des conférences de presse, il continue à tenir des réunions comme si le SLECG est une propriété privée.
C’est pourquoi on a tenu une réunion extraordinaire avant-hier et hier pour dire qu’il faut qu’on revienne à notre siège.
Donc on est revenu ce matin, Aboubacar Kaba  qui est membre de l’exécutif du SLECG, moi je suis venue trouver qu’ils ont commencer à faire leur pagaille, rien a été volé ,rien a été cassé, par contre, c’est ce gardien (albinos ) de l’école primaire qui a appelé Aboubacar Soumah pour lui dire qu’ils ont dépêché des loubards pour attaquer le siège, ils ont jeté des pierres sur nous .
La gendarmerie sur les lieux me demande de replier et elle me tiendra courant au moment opportun.
Voila comment le scénario s’est passé… !
Actuconakry.com : Donc vous êtes de près et de loin au centre de cette descente ?
Mme Kadiatou Bah : Ne me dites pas que je ne suis pas mêlée, je suis la personne responsable de la chose.
Mais, on a rien cassé, nous sommes venus ouvrir la porte du siège qui nous appartient. Ce siège là n’est pas construit par Soumah Aboubacar, ce siège a été construit par les membres fondateurs du SLECG dont M’Bemba Soumah qui est encore là, par Sy Savané ,par Ousmane Hora Diallo et tant d’autres.
Je trouve ridicule qu’il signe sa lettre de désaffiliation à l’USTG pendant qu’il n’a jamais été reconnu.
Nous nous travaillons avec les autorités, nous travaillons avec l’intersyndicale CNTG-USTG et nous travaillons avec l’international de l’éducation, je viens même d’une mission de l’étranger d’il ya peine un mois.

Entretien réalisé par Elhadj Ismael Nabé pour Actuconakry.com

Standard de www.actuconakry.com : 657 36 36 26