ACTUCONAKRY.COM / La salle de l’amphithéâtre de l’université de Kindia a servi de cadre au congrès électif d’un bureau à la tête de cette nouvelle structure dénommée Syndicat National des Enseignants en abrégé S.N.E.

Ils sont tous enseignants et chercheurs de guinée venus des 33 préfectures de la Guinée qui, désormais se donnent la main pour la défense des intérêts de l’enseignant guinéen.

Au nom des autorités administrative de la région de Kindia,Mohamed Cissé, Directeur régional de l’enseignement technique de la formation professionnelle de l’emploi et du travail  de Kindia s’est confié à l’assistance dans ces termes « Nous sommes un pays démocrate et nous essayons d’évoluer dans ce sens, aujourd’hui nous avons observé que nous sommes sur le terrain de l’éducation. Les enseignants ont décidé de multiplier les différentes structures qu’ ils essayent de mettre en place pour pouvoir revendiquer de nouvelles conditions de travail et de vie pour les leurs. Depuis le matin, les travaux se sont déroulés et nous avons été témoins sans ambages, ça s’est très bien passé jusqu’à la mise en place de ce nouveau bureau du syndicat qu’ils ont appelé S.N.E c’est à dire le Syndicat National de l’Éducation. C’est une très bonne chose et nous pensons qu’ils seront les meilleurs interlocuteurs auprès des autorités du pays pour pouvoir chercher à améliorer les conditions de vie des enseignants en général »

A l’issue des échanges de plusieurs tours d’horloge le tout nouveau élu Secrétaire Généra,Michel Pépé Balamou  à la tête de cette nouvelle structure des enseignants a déclaré «D’abord, cette nouvelle structure demeure incontestablement, l’idéal souhaité par les enseignants de Guinée, soucieux de redynamiser le monde syndical en Guinée. Elle a pour ambition de redorer l’image du système éducatif guinéen, promouvoir la formation des formateurs et améliorer surtout le mode de vie des enseignants tout en étant un interlocuteur fiable et crédible pour répondre aux aspirations et aux besoins des enseignants,pour nous le notre combat, ce n’est pas un combat de leadership. Le pluralisme syndical et politique est consacré par nos textes de lois. Nous ne sommes pas là pour parler d’une autre structure, c’est juste sur la base des textes de lois que nous naissons et nous développons nos argumentaires. Seulement nous ne serons pas un syndicat violent, mais un syndicat qui devient partenaire de l’Etat.

En terme clair , nous ne sommes pas l’adversaire à une autre structure syndicale. Nous allons tendre la main avec tout le monde  pour travailler en synergie afin de trouver une solution idoine aux problèmes de l’enseignant guinéen »

Condé Mamoudou pour Actuconakry