ACTUCONAKRY.COM / «Chacun, dans la mesure de ses forces, secoue, de son mieux, l’anse du panier national, sans que le ministère ne s’en émeuve». (Léon Bienvenu)

Cette histoire de détournement présumé portant sur 21 millions de dollars continue à couler beaucoup d’encre et de salive dans la cité guinéenne.

Pendant que les guinéens s’interrogent sur la véracité des faits, deux hauts responsables de l’administration guinéenne se contredisent et chacun campe sur sa position

Pour le premier ministre et ancien ministre de l’Economie et des Finances, La BCRG ne peut pas se comporter de cette façon qu’on vous a décrite. Pour des raisons données, les banques suisses ont décidé d’arrêter leurs relations avec certains pays d’Afrique dont la Guinée. Donc, il fallait trouver des partenaires pour transporter notre argent (devise). La BCRG a fait son travail dans les règles de l’art. Des soupçons existent pour dire qu’entre le moment où les gens ont pris l’argent pour le déposer qu’il s’est passé des semaines. Donc, qu’ils ont profité pour investir. Investigation faite, il n’y a aucun scandale. Je dois dire que la BCRG fait l’objet d’un audit et une supervision d’un cabinet de réputation internationale. Il s’agit de KPMG  France qui est différent de celui de la Guinée que vous connaissez se désole Ibrahima Kassory Fofana face aux journalistes sur les 100 jours du gouvernement.

Pour l’homme fort du dit dossier tel présenté par la presse, le Colonel Moussa Tiégboro Camara, secrétaire général chargé des services spéciaux, de la lutte contre le Crime organisé et le Grand Banditisme, l’affaire est sous enquête. Ce qui veut dire, que le chargé du dossier ne nie pas la véracité de l’annonce faite par la presse portant sur le détournement présumé des 21 millions de dollars US à la banque centrale de Guinée.

Interrogé sur le sujet par nos confrères de Mediaguinee ,le Colonel Moussa Tiégboro ouvre une suspicion qui créé une confusion totale dans la tête du guinéen « Mon principe, quand je suis en enquête je ne me prononce pas sur un sujet. Tout ce qu’ils (les journalistes, ndlr) ont dit, on ne sait pas où ils ont ramassé tous ces trucs. Ecoutez, personne ne me met une pression par rapport à ce genre de chose comme ça. Eux-mêmes, ils m’ont appelé, j’ai dit: écoutez, arrêtez. Il faut arrêter ça. Vous dites que tel est en enquête et puis vous commencez à m’emmerder. Pourquoi? » avant de se confier en ces termes « tout le monde sait qu’il y a une enquête là-dessus, tout le monde s’est prononcé là-dessus, donc que moi je le dise ou pas, pour le moment je ne discute pas avec un journaliste sur ça. Donc ce qui est important c’est que quand c’est comme ça, les gens doivent être patients car il y a tellement de choses à débattre dans ce pays ».

Comme pour dire que dans cette histoire de détournement présumé portant sur 21 millions de dollars à la BCRG, ce n’est pas encore faux ,ce n’est pas encore vrai,ça fait mal et ça crée de la suspicion.

Nous y reviendrons !

Par Lonceny Deen pour Actuconakry.com