Deux jours après la marche pacifique avortée de l’opposition républicaine par les forces de l’ordre, Cellou Dalein Diallo et ses pairs se sont retrouvés ce jeudi 24 octobre au QG de L’ufdg pour << tirer les leçons de ladite marche >> et parler de perspectives.

<< Sur le bilan de la journée du mardi 23, on a frôlé le pire dans notre pays >> a rappelé Docteur Faya Millimono du Bloc Liberal. Le porte parole du jour a fustigé le manque d’enquêtes sur tous les cas de morts enregistrés sous le régime Alpha Condé << Nous avons connu beaucoup de morts depuis que le professeur Alpha Condé est au pouvoir. Nous sommes aujourd’hui à 99 personnes tuées pour lesquelles des enquêtes ont été demandées mais vous (presse) êtes témoins qu’il n’y a pas un début d’enquêtes >>.

Le président du Bloc libéral et porte parole de la circonstance de l’opposition républicaine souligne un nouveau état d’esprit du gouvernement dirigé par Kassory Fofana depuis sa prise de fonction << L’état d’esprit aujourd’hui, c’est de suspendre nos droits et libertés qui sont une consécration de notre constitution. C’est elle qui consacre les droits et libertés en son article 10. Depuis l’installation du gouvernement sous la primature de Kassory Fofana, l’état d’esprit, c’est de chosir « l’ordre public » à la loi. On ne peut pas savoir quel genre d’ordre public on voudra qui soit complètement en dehors de la loi >>.

Sur la << tentative d’assassinat >> sur la personne de Cellou Dalein Diallo, le président du Bloc Libéral annonce la mise en place d’un pouls d’avocats: << Un pouls d’avocats est en place. Des recours individuels seront faits et nous tenterons au niveau national tout comme au niveau international de saisir les cours et tribunaux parce que nous commençons à aller au-delà de ce qui peut être toléré dans une république normale >>.

Pour les autres victimes durant les manifestations politiques, l’opposition républicaine par le biais de son porte parole exige une enquête internationale << Nous demandons qu’il y ait une enquête internationale sur tout ce que nous avons vécu sous la présidence Alpha Condé comme tueries et qui ne sont pas encore élucidées. Chacun de nous ici se rappelle, il y a eu des morts ici à Conakry, celles de la région forestière, en moyenne et en haute guinée. Il y a eu trop de morts pour les quelles aucune enquête n’a encore été faite. Nous exigeons une enquête internationale pour élucider tous ces cas >>.

Pour les jours à venir, l’opposition républicaine projette une journée ville et une marche pacifique : << Le lundi, c’est sera une journée ville morte à Conakry et à l’intérieur du pays. Le mardi, nous organiserons sur le même itinéraire de l’autoroute Fidel castro, en partant de la tannerie jusqu’à l’esplanade du 28 septembre une autre manifestation pacifique >> a expliqué le porte parole de l’opposition.

<< Nous espérons que ce gouvernement ne pas récidiver dans le sens de la confiscation des droits et libertés >> conclut-il.

Sadjo Bah pour Actuconakry.com / Tél : 625 01 66 69