Cette fois-ci, ils vont boycotter les cours dans les écoles privées  pour paralyser totalement le système éducatif. La démarche  du gouvernement a ragaillardi le secrétaire général du SLECG le plus représentatifs dans leur lutte pour le respect de la doléance posée, celle des 8 millions de nos francs comme salaire de base.

Pratiquement, Aboubacar Soumah lance cet appel à l’endroit des enseignants du secteur public qui enseignent dans les écoles privées , ils vont bouder les salles à partir de demain 29 octobre 2018. Les écoles privées qui ont été jusque là épargnées vont subir les conséquences de ces mouvements d’humeur si et seulement si les mêmes enseignants sont utilisés par le privé.

La première mesure prise ce samedi, par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée vise à boycotter des cours dans les écoles privées par les enseignants du secteur public pour paralyser totalement le système éducatif. Les élèves des écoles privées vont désormais se retrouver dans la même situation que leurs camarades du public.