« chasser le naturel, il revient au galop » dit un adage.

La dignité humaine est considérée comme une vertu cardinale qui doit orienter nos actes au quotidien et en toute circonstance.

Perdre cette valeur avilit l’homme noble. En Afrique, la dignité veut que l’on accepte son sort et que l’on se résigne à sa situation tout en ayant foi  en Dieu. Malgré les difficultés, les circonstances et autres, l’être digne évite la honte et le déshonneur.

Cependant, le transhumant politique ne cherche qu’un profit. Un profit plus financier que politique. C’est à l’image d’un commerçant import-export qui change de direction au gré du vent des affaires.

En politique, le versatile s’importe et s’exporte comme une marchandise dans tous les camps avec pour seul poids et valeur sa propre personne. Il n’a ni passé ni avenir politique. Peu ordinaire, il s’offre une bonne base ou une influence importante pour se marchander à vil prix.

La transhumance déshumanise la politique et dénature la démocratie

La transhumance politicienne est une stratégie qui permet de fragiliser le parti adverse en lui piquant des cadres ou des porteurs de voix.

Dans ‘’ l’art de retourner sa veste ou de l’inconstance en politique ‘’ de Bruno Fuligni, ces hommes sans vergognes qui se livrent à une telle pratique, très humiliante et honteuse portent tous les noms. Girouettes, matois, toupies hollandaises, pirouettes etc… ils changent de veste au gré des intérêts. Ce sont des indésirables de la démocratie. Ils faussent le jeu démocratique en travestissant le choix du peuple. Ils n’ont ni éthique ni morale et ne sont ni audibles.

Notre pays à son exemple. Il symbolise à la fois honte et ridicule. Il a pour nom Alhousseiny Makanera Kaké. Un politicien honteusement célèbre.Il change de camp comme il  change d’habits. Il est le seul politicien capable de manger dans plusieurs assiettes sans aune gêne et après avoir craché dedans. Il ravale ses vomissures et crachats sans complaisance.

Haineux et trop pressé, cet ancien haut commis de l’État, devenu Ministre par effraction, s’en prend à toutes les bonnes âmes du pays et cherche à placer des canulars à chaque fois qu’il veut retourner de veste.

Avec un niveau de langue très faible à l’image d’un apprenant de la rue, il masque sa nullité par des propos incongrus ou déplacés.

Pour ce confusionniste né, il doit comprendre qu’on traite quelqu’un de transhumant que lorsqu’il quitte un parti politique pour un autre, généralement vers le pouvoir. C’est une sorte de reconversion d’un gros perdant comme lui, qui transporte tous ses malheurs de Boké sur L’UFDG. Un incroyable politicien qui a mordu du sable sur sa propre terre natale. Quelle humiliation ? Je pense qu’il doit la fermer et qu’il arrête de ronronner. Sa marchandise est sans valeur. Il peut continuer à s’importer et à s’exporter comme un colis qui cherche un preneur. C’est du vagabondage politique à travers le marchandage import/export.

Un politicien-commerçant inspire moins confiance et à un avenir très incertain. Surtout avec un homme qui a une taille par défaut avec sans importance majeure. Tout ton poids se résume à ta taille et à ton physique. Le Ministre d’État Tibou Kamara est loin d’être ton égal. Tu ne pourras jamais taper dans le même ballon que lui. Tu es une recrue de la troisième division.

Vous avez faim. Ça se comprend. Vous êtes plus volatile que Talleyrand et plus indécis que Laurent Dona Fologo.

Vous êtes loin de reconquérir une quelconque virginité politique. Arrêtez-vous devant la glace, vous aurez honte de vous-même.

À bon entendeur salut!

Par Habib Marouane Camara

Journaliste et Analyste Politique.