Après plusieurs mois de flottement quasiment transformé en « impasse », NSIA Bank Guinée tente de survivre dans un souffre-douleur épileptique. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, l’ivoirien Jean Kacou DIAGOU, patron du Groupe a réussi le tour de force d’imposer à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) l’égérie chouchoutée Dame Christelle ZONGO DIENG comme Directeur Général Adjoint de NSIA Bank Guinée dont le siège social se trouve dans un immeuble sous les eaux. La filiale guinéenne a été sommée par le gendarme financier de recouvrer les créances douteuses et litigieuses. Pour un délai d’ultimatum d’un an. EXCLUSIF

Confidentiel Afrique évoquait l’audition en catimini de l’Ivoirien Jean Kacou DIAGOU chez le régulateur du marché bancaire, la Banque centrale de Guinée, dans une de ses éditions électroniques parue en septembre dernier. L’ivoirien et puissant patron du Groupe bancassurance, avait débarqué sur la place financière de Conakry pour s’expliquer et répondre sur certains points de l’établissement devant les plénipotentiaires de la Banque centrale de Guinée. Selon nos informations,  la BCRG concéda un agrément à l’essai pour une durée d’un an assorti d’un ultimatum à savoir : recouvrer les créances douteuses et compromises et assainir la banque dans ce délai, afin de restaurer la confiance, la stabilité et une dynamique de croissance à NSIA Bank Guinée.

Un membre du syndicat a révélé à Confidentiel Afrique, que malgré sa confirmation par la Banque Centrale de la République de Guinée pour un essai d’un an (du jamais vu dans les annales de la BCRG) au poste de Directeur Général Adjoint, l’égérie Christelle ZONGO DIENG brille pas ses absences et entretient des rapports peu cordiaux avec une partie du personnel de l’établissement. Même au point culminant des inondations qui ont envahi récemment l’immeuble abritant le siège de NSIA Bank Guinée.

Impératif de recouvrer les créances douteuses

Des sources autorisées ont confié à Confidentiel Afrique, que les déboires de la carte Chrystal associés aux mauvais états financiers de certaines filiales d’assurances et du portefeuille de banques du groupe, expliquent le recours aux différents partenariats (Banque Nationale du Canada, Suisse Ré, Orange …) afin de sauver les pôles Technologie, Banque et Assurances.

Soucieux de sauver les meubles et de prévenir toute atteinte à la vie du personnel, la FESABAG veille sous le regard plus ou moins inquiet des Sieurs Lamah Joachim et de Cisse Mandaw, respectivement PCA de NSIA Assurances Guinée, propriétaire de l’immeuble défectueux et PCA de NSIA Bank Guinée d’une part et la résistance passive du Groupe peu enclin à effectuer des travaux évalués à plus de 1 200 000 d’Euros, soit moins de 2% de son chiffre d’affaires consolidé.

Par Hippolyte Gourmantier  pour confidentielafrique

Restez sur http://actuconakry.com/contact/