Actuconakry.com / Le détecteur d’incendie est au rouge, il faut s’arrêter. Montesquieu disait : « L’esprit de la République, c’est la paix et la modération », œuvrons et inscrivons-en nos actions. Faire la politique autrement devient un impératif majeur qui s’impose à nous acteurs, ceci, comme une exigence et une obligation, car, in fine, notre survie en dépend.
En effet, l’autre a dit : « la guerre commence dans les esprits et c’est là qu’il faut la tuer ». A analyser de prêt nos agissements quotidiens, nos pensées et réflexions sont imbues de violences, nul doute que cet affrontement devient de jour en jour réalisable.

Un adage local reconnaît volontiers que : « si un seul doigt ne suffit à détruire un Pays, il n’en demeure pas moins, qu’il puisse le montrer à celui qui pourra le détruire ». Ne pas se préoccuper de cette situation délétère et explosive qui caractérise le climat sociopolitique de notre pays, est une carence de dose patriotique pour notre très chère Guinée. Pour elle, nous devons tout envisager pour que les futures générations, desquelles nous restons redevables, puissent recevoir dans les conditions optimales, le legs dont nous avons hérité de nos devanciers. Cette Guinée pour laquelle, Samory, Alpha Yaya, Dina Salif et Zégbéla Togba ont versé leur sang et accepté les pires supplices, mérite plus d’attentions et de soins de notre part.
Sans être un cassandre, je dis que : si nous ne changeons pas nos façons de faire, encore, encore et encore, à notre corps défendant, le sang va couler. Maintenant qu’on peut l’arrêter ou faire avorter l’évènement faisons le !
L’heure est grave ! arrêtons-nous et changeons de paradigmes !
A la Presse : de veiller scrupuleusement au traitement et à la diffusion de l’information. Dans ce laborieux champ de préservation de la paix et de la quiétude sociale, la déontologie et la responsabilité du journaliste doivent rester la seule constante. Journalisme-pyromane, effacez-vous, yandi !
Si nous refusons la guerre des armes, nous réfutons et répugnons d’autant ou plus, cette guerre des ondes qui a libre cours dans certains organes de presse débridés aujourd’hui.
L’heure est grave ! arrêtons-nous et changeons de paradigmes !
A la société civile : d’éviter sa « politisation à outrance ». Elle perd sa vocation, son âme et son essence en ayant des préférences pour une des factions de la nation qui se font face alors qu’elles doivent regarder dans la même direction. Plutôt de faire de la médiation, elle se comporte en un parfait catalyseur qui attise les tensions sociales déjà dans l’impasse. De nos jours, quelle est la seule plateforme qui propose une solution de sortie de crise fut-elle bancale ?
L’heure est grave, changeons de paradigmes !
Jeunesse manipulée en manque de repère que faut-il pour toi ?
Pour toi, nul besoin de poser de diagnostic. Ta situation est voulue et entretenue. A vrai dire, ton innocence est violée et ta force subjuguée et orientée contre toi-même. Ton calvaire finira le jour où tu comprendras que personne ne viendra abréger tes souffrances à ta place. Ton soleil brillera, le jour où tu comprendras que plutôt de mettre à leur service ta force, tu dois au contraire, à défaut de leur arracher, tu dois leur voler cette sagesse comme le fut Prométhée dans la mythologie grecque. Par ta force, tu dois leur emprunter cette sagesse, cette ruse et cette malice qui continuent à te maintenir dans l’indécence de la dépendance.

Je te supplie de refuser ces « poupées vaudous » qui t’envoutent et t’hypnotisent. Bats-toi, pour réaliser par toi-même, tes propres rêves. Plus de Cent (100) sangs ont coulé et sont perdus à jamais. Si tu ne peux accepter de continuer à languir sous ce poids de la vie artificiellement créée par l’indélicatesse de tous ces gouvernants, refuse de mourir gratuitement pour des scélérats qui ont suffisamment leur part de responsabilité dans ta situation actuelle.
Demain appartient à Dieu, c’est d’aujourd’hui que ton demain sera fait. Préserves ta vie camarade. La politique c’est pour les vivants et non les morts !


Sayon MARA,Juriste