C’est connu de tous, ou presque, l’alternative politique et démocratique, constitue une gageure pour tout processus de développement socioéconomique solide et durable d’un pays. Mais aussi et surtout, le garant d’une stabilité politique, de la paix et la quiétude sociale. Tel que cultivé ailleurs chez nos contemporains.

Et, le chef de l’Etat guinéen Pr Alpha Condé semble en avoir bel et bien conscience. Du moins, à en juger par la dernière sortie du président de la République en région, où il effectue, depuis peu, une tournée de prise de contact avec ses compatriotes de l’arrière-pays.

Il faut dire que les échos qui nous parviennent de ce périple du numéro un guinéen, s’ils venaient à se vérifier, rassurent et censurent, tout à la fois, toute velléité du locataire du Palais Sékhoutouréya à vouloir briguer un troisième mandat présidentiel. Dans l’optique d’une éventuelle rallonge de son second et dernier bail quinquennal à la tête de la Guinée. Ses deux mandats quinquennaux légaux, constitutionnellement parlant, devant prendre fin en décembre 2020.

En tout cas, dorénavant, l’on pourrait être, un tout petit peu mal à l’aise, de continuer à élucubrer sur ce sujet. Lequel, faut-il le rappeler, aura donné avant l’heure, du grain à moudre à plus d’un Guinéen.

Du moment où, le président Alpha Condé himeself, a enfin entrepris, du bout des lèvres tout de même, de mettre fin à tout projet de promotion d’un éventuel mandat que certains de ses inconditionnels et, ce pourrait être même ses adversaires tapis dans l’ombre, n’ont eu de cesse d’appeler ces derniers temps leur champion à céder aux sirènes révisionnistes. Ah ! Kélèfa Sall!

En clair, à Siguiri, Alpha Condé aurait rabroué et renvoyé, du même coup, sur la corde, un groupe de promoteurs d’un troisième mandat pour le président de la République.

Ceux-ci, à l’accueil de leur ‘’messie’’ dans la localité, n’auraient trouvé mieux que d’arborer des tee-shirt à l’effigie du Professeur-Président, lesquels étaient, grand bémol, estampillés des slogans du nature à amener le premier magistrat du pays à faire dans la parjure pour s’éterniser dans le ‘’kibanyi’’.

Seulement voilà ! Cette sortie du président Alpha Condé laisse un goût d’inachevé. Puisqu’on aurait attendu du chef de l’Etat qu’il se prononce clairement et, définitivement, sur ses velléités supposées ou réelles de vouloir délimiter son séjour au Palais Sékhoutouréya.

Comme le lui commande d’ailleurs la constitution.

L’occasion, c’en fût, vraiment une, pour le président Condé de lever, une bonne fois pour toutes, toute équivoque sur cette question redoutée et redoutable au sujet de laquelle, il est vrai, une partie des Guinéens l’attendent au tournant.

Puisque, toutes les fois qu’il a été donnée au Chef de l’Etat de répondre par une question fermée ‘’oui ou non’’, il se présenterait à la prochaine présidentielle pour briquer un troisième mandat, il a toujours entretenu un flou artistique, s’appuyant sur l’argument selon lequel, ‘’’le peuple souverain se prononcera le moment venu.’’

Cette fois-ci, il faut reconnaitre qu’il a fait l’effort de franchir le pas, en récusant et, devant public, les promotions d’un troisième mandat. Mais, cela n’est pas suffisant, à notre humble avis, pour clore ce chapitre.

Pas, du tout ! Et, surtout pas, pour éclairer l’opinion sur le fait de prendre la retraite en 2020 et passer la main tranquillement, tranquille, à un autre compatriote, à même de faire adhérer les Guinéens aux projets de société, qu’il aura dûment constitués pour ce faire.

Disons, au demeurant, qu’il en fallait et, qu’il en faut plus encore, pour trancher en définitive la question de troisième mandat.

Alors, non, monsieur le Président ! Sortez définitivement du bois !

Youssouf Diallo in Mosaiqueguinee