Pour le Nouvel An, Alpha Condé a reçu un cadeau très particulier ! L’écrivain et économiste Ibrahima Sanoh a lancé ce mercredi 2 janvier 2019, un nouveau mouvement politique qui se voit en barrage à un projet supposé de troisième mandat d’Alpha Condé. Alors que la présidentielle n’est prévue que dans un an, le président n’y a pas fait mention dans son message à la Nation pour la nouvelle année. Suffisant pour rallumer le feu d’une rumeur que l’on croyait éteint ?

A dessein ou involontairement, Ibrahima Sanoh pourrait prêter son visage et son nom à une contestation qui se rappelle aux Guinéens. Ce mercredi 2 janvier, l’écrivain et économiste a annoncé la création du mouvement «Patriotes pour l’Alternance et le Salut». L’objectif de ce mouvement qui vient s’ajouter à la mosaïque de mouvements citoyens ou de la société civile?

Velléités d’accaparement du pouvoir

« Nous avons fait un constat amer que pratiquement le président de la République, le Pr Alpha Condé a des velléités d’accaparement du pouvoir. Même dans son discours de fin d’année, il n’a pas clairement parlé des élections prochaines et pourtant on sait que son mandat doit échoir dans un an», confie l’essayiste guinéen, auteur de l’ouvrage «Mettre la Guinée sur la voie de L’émergence économique » (2014, Edilivre).

Alpha Condé occupe le fauteuil du palais Sékhoutouréya depuis son élection en 2010. Réélu en 2015 après la fermeture de la parenthèse Moussa Dadis Camara, sous la contestation, lors d’un remake de son duel avec Cellou Dalein Diallo, le président guinéen devrait passer le relais du pouvoir. Seulement, à suivre les déclarations de plusieurs proches du cercle présidentiel depuis plusieurs mois, des indices fantasmés ou plausibles laissent penser que le président serait tenté par un troisième mandat en faisant sauter le verrou constitutionnel.

Partis politiques, société civile associés au mouvement d’Ibrahima Sanoh

Si l’intéressé ne s’est pas encore prononcé sur cette « rumeur», il a laissé le soin à ses proches d’occuper l’espace public en ballon de sonde des citoyens. Pourtant, l’année 2019 est une année préélectorale qui devrait constituer un télescope sur les protagonistes de l’échéance de la présidentielle de 2020 qui devrait désigner son successeur. Mais Alpha Condé s’est gardé d’aborder la question lors de son discours de fin d’année.

C’est d’ailleurs un des arguments principaux lors du lancement du mouvement des « Patriotes» par Ibrahima Sanoh qui compte élargir son mouvement aux acteurs de la société civile, les mouvements citoyens. « Nous allons travailler avec tout le monde. Nous allons consulter les partis politiques et les plateformes de la société civile. Une seule entité ne peut pas faire échouer ces gens qui ont amassé énormément d’argent. Donc il faut qu’on travaille ensemble», ajoute l’initiateur du mouvement. En face, le camp du pouvoir n’a pas encore répondu. Ce qui ne saurait tarder

Lu sur afrique.latribune.fr