Des experts de l’ONU ont dénoncé ce dimanche, dans un rapport de 300 pages, les nombreux trafics auxquels se livrent des ex-combattants des Forces Nouvelles en Côte d’Ivoire. Le rapport révèle également que des pro-Gbagbo s’activent en coulisse pour renverser, par les armes, le régime d’Alassane Ouattara.

Le rapport qui dérange. Un rapport publié par des experts des Nations-Unies sème le trouble au sein de la classe politique ivoirienne. Il accuse ouvertement des combattants des ex-Forces Nouvelles de se livrer à des trafics. Martin Kouakou Fofié, Issiaka Ouattara, Hervé Touré, Zakaria Koné et Cherif Ousmane, des ex chefs de guerre impliqués dans des trafics de diamant, de cacao, de noix de cajou, de bois, de coton, d’or et autres ressources. Un trafic juteux qui leur apporte des millions de dollars.

Selon le rapport, la contrebande dans le secteur du cacao concerne 153 000 tonnes, sur un total de 1,47 millions de tonnes, en direction des pays voisins via le Ghana voisin . En ce qui concerne la noix de cajou, le rapport révèle que 450 000 tonnes sont issus de la contrebande. Le secteur du cacao a enregistré une perte de 400 millions de dolars (soit 305 millions d’euros), tandis que celui de la noix de cajou 130 millions de dollars (soit 99 millions d’euros).

Une contrebande savamment organisée par les anciens combattants des ex Forces Nouvelles, qui depuis leur ralliement au camp d’Alassane Ouattara à la fin de la crise post-électorale, ont su former un « réseau militaro-économique » d’une puissance redoutable.

Deux ans après le conflit civil de 2010, les vieux démons persistent toujours. Ce rapport ne risque-t-il pas de jeter le pavé dans la mare ? Quelle sera la réaction des autorités ivoirienne face à une telle situation qui gangrène l’économie de ce pays ? En voulant mettre un terme à ce trafic juteux auquel se livrent ces ex-chefs de guerre, le gouvernement d’Alassane Ouattara ne risque-t-il pas de jouer gros ? Lydie Boka, analyste multicritère et spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, fait une analyse de la situation.

Le régime ferme les yeux pour ne pas se heurter à ces gens-là

Interrogée par Afrik.com sur l’impact de ces accusations qui visent les anciens chefs de guerre ivoiriens, elle note que ce n’est en rien un fait nouveau : « ce n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire. Il y a deux ou trois ans, des accusations pareilles ont apparu dans la sphère politique ivoirienne. Mais ce qu’il y a de nouveau dans cette affaire cette fois-ci, c’est le fait que les accusations continuent alors que la crise ivoirienne est finie. C’est cela qui est surprenant. Et cela montre les limites du régime actuel qui est obligé de fermer les yeux pour ne pas se heurter à ces gens-là. Le régime est conscient que la sécurité du pays passe par ces gens-là et qu’il ne peut pas les sanctionner. Le régime a les mains liées ».

Concernant la réaction éventuelle des autorités ivoiriennes, Lydie Boka se veut moins prolixe : « le régime doit s’expliquer vis-à-vis de ses partenaires étrangers. Il doit viser les vrais responsables. Il est obligé de prendre des mesures. C’est vrai qu’après avoir traversé une grave crise, les régimes sont souvent obligés de faire des compromis avec des gens de cet acabit pour assurer la sécurité du leur pays. Mais cette-fois ci, le gouvernement ivoirien en place doit réagir ».

Une révélation accablante

Le rapport révèle une autre information de taille. Il accuse des pro-Gbagbo de vouloir renverser, par les armes, le régime d’Alassane Ouattara. Il précise que « le potentiel déstabilisateur » de la Côte d’Ivoire a certes baissé, mais confirme que la menace perdure.

Il y a six mois, un autre rapport faisait état que des pro-Gbagbo exilés étaient en contact avec des groupes islamistes basés dans le Nord-Mali. Le nom d’Ansar Dine avait d’ailleurs été cité. Des informations qui n’ont, jusqu’ici, jamais été confirmées. Lydie Boka se veut très circonspecte sur cette question. « Il est vrai que les pro-Gbagbo ont tout intérêt à ce que l’actuel régime tombe, mais rien ne prouve qu’ils ont les moyens de le renverser ».

Afrik.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here