Cher(e)s compatriotes,

C’est avec le coeur meurtri que nous avons appris les affrontements interethniques entre Kpèlès (Guerzés) et Koniankés depuis le 14 juillet 2013 à Koulé, N’Zérékoré et Beyla. Ces douloureux évènements ont fait d’énormes pertes en vies humaines, de nombreux blessés, d’importants

dégâts matériels et plusieurs déplacés.

Nous déplorons l’atrocité avec laquelle plusieurs personnes ont été tuées et blessées. Notre pays ne mérite pas de telles violences au moment où il aspire à emboîter le pas aux Grands pays démocratiques.

Nous adressons nos condoléances attristées aux familles des défunts, à la population de la Guinée forestière et au peuple de Guinée et nous nous inclinons pieusement devant la mémoire de ces innocentes victimes. Nous souhaitons également un prompt rétablissement aux

nombreux blessés.

Il est autant regrettable que surprenant qu’un incident autour d’un vol (selon la version que nous avons reçue) dans une station d’essence à Koulé ait de si graves répercussions sur N’Zérékoré et Beyla avec des conséquences indescriptibles (morts de personnes, destruction de lieux

de culte, d’habitats et d’autres biens matériels).

Face à ces crimes odieux et crapuleux, l’Association des Ressortissants de la Guinée Forestière au Canada (ARGUICAF), rassemblant les Communautés Kissi, Lélé, Kouronko, Toma, Toma-Manian, Kpèlè, Mano et Kono et la communauté Konianké du Canada, d’une même voix,condamnent avec la dernière énergie ces hostilités et lancent un appel pressant au calme et à la retenue pour permettre à la population de jouir pleinement de son droit, la VIE et la PAIX.

Cher(e)s compatriotes,

L’heure n’est pas au procès d’intention. À présent, nous demandons aux leaders d’opinion, aux membres de la diaspora guinéenne, aux organisations non gouvernementales, aux jeunes, aux sages, aux femmes et à toutes les organisations sociales d’interpeller leurs membres afin de sensibiliser toutes les parties en conflit, pour déposer les armes, pour faire la Paix dans l’intérêt supérieur de la Guinée.

Aux autorités politiques guinéennes, nous demandons d’aller au-delà des condamnations, de prendre des mesures urgentes en faveur des victimes et des personnes déplacées et de mettre en exécution des mesures nécessaires pour assurer la sécurité des personnes et de leurs

biens. Nous sollicitons que les victimes soient enterrées dignement après les avoir identifiées. Nous demandons également l’arrestation des auteurs de ces crimes et l’ouverture d’une enquête judiciaire pour faire toute la lumière sur ce qui s’est réellement passé pour éviter désormais

de tels évènements à la région forestière comme par le passé; et aussi, éviter que ces évènements malheureux ne se produisent dans les autres parties du pays. C’est à cette seule condition que la paix sera ramenée dans la région forestière et en Guinée.

Une âme disparue est une perte de trop pour tout le pays. Nous ne devons pas accepter que des guinéens disposent de la vie d’autres guinéens. Donnons-nous la main en dialoguant et privilégions la vie humaine qui est sacrée. Nous ne souhaitons plus revivre de tels évènements malheureux en Guinée.

Les signataires de la présente déclaration commune s’engagent à participer activement à l’instauration d’un dialogue franc et durable entre les communautés de notre région et offrent leur disponibilité en vue de contribuer à la prévention et au règlement des conflits, ainsi qu’au maintien de la paix dans la région.

Vive la Guinée dans sa diversité, son unité et sa richesse.

Montréal, le 19 juillet 2013

Pour l’ARGUICAF Pour la communauté Konianké du Canada

Lavilé Augustin GOUMOU Dr. N’Godji CAMARA

Président

Standard de www.actuconakry.net : +224 622 56 56 67

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here