L’arrivée à Kindia de Monsieur Ousmane Aïssata I Camara, le nouveau Directeur préfectoral de l’Education, augure des jours merveilleux pour l’ensemble des acteurs du système éducatif de cette préfecture. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser de lui, son jeune âge n’a aucune incidence négative sur la conduite de sa mission. Il capitalise de nombreuses années de pratique de classe, d’administration scolaire et de lutte syndicale. C’est dire qu’il est loin d’un novice à ce poste, ne dit-on pas d’ailleurs : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Pour juger un homme, il faut le juger à travers ce qu’il fait car, il peut souvent dire et ne pas faire.
Depuis belle lurette, le lycée Franco-arabe de Kindia abrite des centaines d’élèves, il ne disposait pas de toilettes ni pour les encadreurs, ni pour les apprenants. Ce constat l’a terrifié et de façon pragmatique, il a mis à la disposition de cet établissement les moyens nécessaires pour construire une toilette digne de nom et qui mérite d’être vue. La restauration du bâtiment sinistré de l’école primaire de Condetta I, mérite également d’être citée car elle l’a été sous sa magistrature.
Pour guérir un mal, il faut en faire le diagnostic c’est dans cette optique qu’il va entreprendre une vaste tournée de prise de contact, qui le conduira dans toutes les directions sous-préfectorales de l’éducation à savoir : Madina-Oula, Bangouyah, Kolenté, Souguéta, Mambia, Samaya, Friguiagbé, Molota et Damakania. La vraie administration se passe sur le terrain, ce contact permet avant tout :
  • De mettre en confiance les enseignants qui sont dans les villages et campagnes, pour qu’ils ne se sentent pas abandonnés ;
  • De connaitre réellement leurs conditions de travail et d’existence sur le terrain ;
  • De renforcer leur collaboration avec les autorités administratives locales, religieuses et la notabilité.
Cette tournée de prise de contact a permis de mettre en exergue certains problèmes auxquels Ousmane Aïssata I Camara a apporté des solutions idoines. Dans un message clair il a rappelé aux uns et aux autres leur mission. Les enseignants sont tenus de respecter la déontologie de leur métier basée sur les fonctions pédagogiques, éducatives et sociales. La communauté elle aussi doit mettre tout en marche pour assurer aux agents de l’Etat les conditions requises pour l’accomplissement de leur mission : accueil, hébergement, entretien dans la pure tradition africaine
Aussi il a stigmatisé le comportement de certains enseignants qui refusent de rejoindre leur poste de travail. A ceux-ci, il a accordé un délai moratoire jusqu’au 31 octobre 2017. Passé ce délai, les intéressés verront purement et simplement leur salaire suspendu et reversé au trésor public. Il a martelé en tant que syndicaliste que c’est le travail qu’on paye et non le travailleur. Ce dernier message a mis en branle cette mauvaise catégorie d’enseignants qui ne trouveront pas en lui le soutien escompté.
Dans toutes les localités visitées, les populations ont exprimé leur satisfaction par rapport à sa démarche et à son message. Elles ont largement compris leur rôle et promesse a été faite de corriger ses insuffisances pour le bonheur de l’éducation et de la formation de leurs enfants
Il a également dénoncé le mauvais usage de la cotisation parentale, il a évoqué des cas où les enseignants et les membres de l’APEAE arrivent aux poings pour cet argent, il va rappeler les textes qui régissent cette cotisation. Il dira en substance que cet argent doit être géré par le CDE pour la mise en œuvre de leur plan d’action concerté.
L’élan ainsi amorcé par le nouveau Directeur préfectoral de l’éducation de Kindia a eu un écho favorable chez l’ensemble des populations de la cité des agrumes. Tout son parcours durant, il a tenu à se faire entendre par la totalité des habitants. Son message a été dit dans la langue du terroir, la presse locale a été présente dans tous ses déplacements. Transparence oblige, c’est évident qu’il appartient à une autre cuvée d’administrateur. Un homme qui a le souci de ce qu’il fait, qui veut bien faire et faire à temps, de nos jours, est rare comme un corbeau blanc.
Ousmane Aïssata I Camara serait-il une aubaine pour les écoles de Kindia, l’espoir est en tout cas permis selon des enseignants contactés par nos soins.
Que le bon Dieu l’assiste et le préserve des écueils de l’administration scolaire témoigne aussi des notables de la ville de KANIA.

Soumah Mohamed pour Actuconakry.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here