L’Union des Forces Démocratiques de Guinée qui déchaîne aujourd’hui la passion a une histoire profonde. Cette deuxième force politique du pays est née de l’Union des Forces Démocratiques du défunt Professeur Alfa Sow, ex. directeur de campagne du RPG, lors de la présidentielle de 1998. Il est décédé en 2005.

Professeur de son état, il rentre au pays à l’instauration du multipartisme à l’instar des Alpha Condé, Siradiou Diallo, Bâ Mamadou…

Ecrivain, poète, enseignant, il était attaché à ses œuvres littéraires. Mais avec la fièvre démocratique qui s’était emparée de la Guinée, il voulait apporter sa pierre à l’édifice.

Avec une bande d’intellectuels comme lui, il fonde une force politique à côté du RPG d’Alpha Condé, l’UNR de feu Bâ Mamadou, de PRP de feu Siradiou Diallo, de l’UPG de feu Jean-Marie Doré et du parti Dyama de Mansour Kaba. Bah Oury, un intellectuel hors pair, l’un des plus grands banquiers de la place devient le vice-président après le vieux Alfa Sow.

L’UFD continue son petit bout de chemin avec ses conférences presse hebdomadaire à l’ex Hôtel Camayenne où le professeur Alfa Sow gâtait les journalistes avec des plats copieux, jamais d’espèces sonnantes et trébuchantes à la fin des conférences de presse.

En 1993, l’UFD n’a pas postulé pour les premières élections présidentielles. En 1998 non plus, mais le Pr Alfa Sow accepte d’accompagner son vieil ami, le Pr Alpha Condé. Il est désigné directeur de campagne du RPG. Après l’arrestation du leader du RPG à Piné, à la frontière Ivoirienne, dans la Préfecture de Lola, Alfa Sow revient à la case de départ et reprend ses activités politiques avec l’UFD.

Mais plus le temps passe, plus le vice-président Bah Oury prend ses distances jusqu’à ce qu’un jour il claque la porte. Mais il ne va aller les mains vides. Il quitte le parti en emportant avec lui le sigle et le logo (soleil levant derrière un gros baobab). Plus tard il ajoutera la lettre G. Ce qui deviendra après l’UFDG. 

Après une de tempête, de guéguerre, le vieux Alfa Sow abandonne le combat et continue avec l’UFD. Bah Oury anime de son côté, son UFDG. Fatigué et par manque de moyens et de militants, il cède le parti au doyen Bâ Mamadou et occupe ici encore le poste de vice-présidence.

Le temps passe. En 2005, Cellou Dalein est limogé de son poste de Premier ministre. Quelques mois après, il fait son entrée en politique. Empêché de créer un parti politique, il tend la main à l’UPR de feu Siradiou Diallo.

Là, il se heurt à Bah Ousmane pour un problème de leadership. Bah Oury voit là une opportunité. Il demande à Doyen Bah Mamadou de céder le parti à Cellou plus nanti que lui. Bâ Mamadou devient le président d’honneur, Cellou Dalein président du parti et lui Bah Oury Vice-président.

 Louis Espérant Célestin

Avec le Continent

Standard de www.actuconakry.com : 622 56 56 67

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here