L’opposition radicale guinéenne semble un peu déboussolée. Elle qui rappelait au représentant de l’Union européenne, Philippe Van Dame, que la Guinée est un pays souverain, et que c’est aux ‘’Guinéens de décider de son sort’’, s’est donné le ‘‘droit’’ d’aller demander à Paris, ‘’le départ d’Alpha Condé’’. Une façon très guinéenne d’entretenir la Françafrique qu’on pensait enterrée. Qu’à cela ne tienne, Cellou Dalein Diallo et son chaperon rouge, Lansana Kouyaté, n’ont pas réussi, par leurs réseaux occultes, à ‘’limoger’’ Alpha Condé de Paris.

Le communiqué balancé avant le départ des leaders de cette opposition nous pompait l’air et indiquait que la conférence de presse devant se tenir au Palais Bourbon devait enregistrer des grands journalistes et médias (CNN, France 3) à qui, cette opposition allait expliquer sa ‘‘nouvelle stratégie’’ : demander le départ d’Alpha Condé. Aussi ‘‘des rencontres’’ étaient annoncées au Quai d’Orsay. Au finish, le déplacement sur Paris que Sidya Touré –il était annoncé pour le voyage- trouverait inutile n’a accouché que d’une petite mise au vert qui pourrait profiter à Cellou Dalein pour un check-up qu’il aurait demandé de tous ses vœux et que les faucons de son parti lui auraient refusé tacitement : fallait pas abandonner la troupe en pleine bataille !

Revenons à cette ‘‘nouvelle stratégie’’ qui devait être décidée de Paris. Et disons d’un trait que les autorités françaises n’ont pas accepté de baby-sitter nos honorables leaders sur cette voie. Le bilan macabre des violentes manifestations qu’ils comptaient capitaliser n’aura pas suffit pour faire bouger le Tout-Paris en vue de demander le départ d’Alpha Condé du pouvoir.

Au Quai d’Orsay, selon nos informations, il a été signifié à Dalein & Co. Que le dialogue est incontournable dans le règlement de la crise guinéenne et que la France à travers l’Union européenne et la Francophonie a mis en place ‘‘une expertise électorale pour évaluer le calendrier et la faisabilité technique des élections’’. En un mot ou en mille, il leur a été dit, ce qu’ils savaient déjà et qu’ils refusaient de comprendre.

Ce n’est pas un fait de hasard si c’est à Paris, Cellou Dalein a annoncé être prêt pour un ‘‘dialogue sans préalable et sans tabou’’ avec le pouvoir. Un engagement pris après que des innocents aient payé de leurs vies le zèle d’une classe politique manipulatrice, has been et surtout de mauvaise foi. Pour tout dire, Dalein et Kouyaté reviendront de Paris sans réussir à faire ‘‘limoger’’ Alpha Condé. Echec et mat donc pour ceux qui sont contraints –et c’est la honte !- par la France de venir discuter du cas Guinée en Guinée. C’est vrai que les électeurs se trouvent ici en Guinée et c’est à eux de décider de renvoyer un président à qui ils ont accordé leurs voix. La Démocratie, c’est un peu ça!

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here