Le ministre de l’Economie et des Finances a co-signé ce mercredi, avec le Représentant du groupe de la Banque mondiale en Guinée l’accord de financement de mobilité et de connectivité rurale.

Cette importante signature qui intervient près de deux ans après la réunion du groupe consultatif sur le PNDES à Paris, a connu la présence des ministres en charge du Plan et du Développement Economique, de celui des Travaux Publics et celle de l’Agriculture. Ce projet de transport financé à hauteur de 40 millions de dollars en termes de don de l’Association International pour le Développement ‘’IDA’’, illustre clairement la qualité du partenariat et de la coopération entre le Groupe de la Banque mondiale et le Gouvernement guinéen.

La signature de cet accord entre la partie guinéenne et la représentation de la Banque mondiale participe essentiellement au renforcement du processus de concrétisation des engagements prises à Paris en novembre 2017, par le Groupe de la Banque mondiale pour accompagner le Gouvernement dans la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social ‘’PNDES’.

Pour le Représentant du Groupe de la Banque mondiale en Guinée le nouveau cadre stratégique de partenariat entre son institution et la Guinée met l’accent sur trois piliers dont celui lié au renforcement de la productivité agricole et la croissance économique. Selon Rachidi Radji, le projet de mobilité et de connectivité rurale contribuera à la réalisation de cet objectif stratégique en améliorant et en soutenant l’accès routier de la population rurale aux marchés et au service de base en Guinée.

Pour sa part, le ministre de l’économie et des Finances a clairement précisé qu’en Guinée la mise en place d’un réseau dense d’infrastructures de transport en milieu rural, respectant les aspects environnementaux et sociaux, concourt à la réduction de la pauvreté et à l’atteinte des objectifs de développement durable. Le Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020 s’inscrit parfaitement dans cette vision, et couvre les préfectures de Coyah, Dubréka, Boké, Dalaba, Pita et Labé pour un linéaire de 800 Km de pistes rurales explique le ministre Mamadi Camara.

Poursuivant, le ministre de l’Economie et des Finances dira que l’exécution des travaux se fera sur 5 ans et aura à terme trois impacts majeurs à savoir : l’amélioration d’une part, du réseau de pistes rurales reliant les villages entre eux et d’autre part, des routes préfectorales reliant les communes rurales avec le reste des zones économiques de production agricole. L’assurance de l’entretien des infrastructures de transport rural par les populations et le renforcement des capacités de l’administration centrale et déconcentrée à travers la direction nationale du génie rural du ministère de l’Agriculture et la direction nationale des routes préfectorales et communautaires du ministère des Travaux Publics.

Visiblement satisfait de cette signature à hauteur de 40 millions de dollars, les ministres Kanny Diallo du Plan et du Développement Economique, de Moustapha Naïté des travaux Publics et Mariama Camara de l’Agriculture, ont tour à tour exprimé leurs entières satisfactions au groupe de la Banque mondiale avant de s’engager chacun à ce qui lui concerne de tout mettre en œuvre pour que le délai des cinq (05) mois requis pour le début des travaux est effectif pour le bonheur des populations guinéennes.