L’introduction d’une culture basée sur la gestion amène,à vérifier l’efficacité de l’exécution budgétaire. Par ailleurs, les contrôles opérés deviennent une source fondamentale d’information pour les gestionnaires publics, et permettent donc de vérifier si les objectifs assignés ont bien été atteints. Les contrôles opérés sont donc indissociables d’une logique de performance et de résultats.

C’est pour atteindre ces objectifs que, le ministre en charge du budget a réuni autour de lui des techniciens du département pour dit-on partager cette lettre circulaire à l’exécution du budget de l’état.

Face au défi à relever, le ministre Ismael Dioubaté a rappeler quelques exigences afin de parer désormais à la capacité d’absorption très faible d’où l’inquiétude du chef de l’Etat en ces termes «Pour inverser la tendance, nous devons diversifier notre économie pour que notre croissance soit inclusive et profitable à tout le monde. Cela suppose que nous devrons investir dans les secteurs porteurs de croissance tels que l’agriculture et l’élevage»

À ses dires, le budget trimestriel vise certains objectifs: s’assurer que tous les comptes aux fonds de contrepartie sont payés pour pouvoir engranger beaucoup de financements extérieurs, mettre un accent sur les budgets prioritaires, les dépenses sociales, tenir compte de la saisonnalité.

C’est sous cette note de recommandation que, le ministre a rappelé ceci «  nous voulons un budget dont la dynamique doit s’orienter à l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté et surtout outiller le pool financier aux maniements des instruments budgétaires

Actuconakry.com