Infos Actuconakry.com / L’on croyait révolu l’époque des tracts. Que nenni ! Un certain mouvement clandestin dénommé MASIGUI 2020 (Majorité silencieuse de Guinée) vient nous rappeler que les pratiques démocratiques ne sont pas encore ancrées en Guinée, ou à tout le moins au niveau de certains esprits rétrogrades. Rarement écrit m’a autant bouleversé que celui distribué depuis quelques jours par ce mouvement clandestin. Provoquant en moi une «foultitude» de sentiments bigarrés, il me laisse jusqu’au moment où je trace ces lignes sans jugement définitif.

Pas seulement parce qu’il est par endroits de lecture mal aisée, du fait qu’on y passe sans discontinuer du coq à l’âne et d’une syntaxe par trop cavalière, mais surtout à cause de la trop grande liberté prise avec le discernement des Guinéens. Ce mouvement dans son écrit qui appelle à la subversion a pour unique slogan ‘’Non à un troisième mandat et à un référendum constitutionnel’’. En dehors de l’appel à l’insurrection populaire, c’est tout ce que l’on peut retenir de ce tract. Le paradoxe, c’est que ce mouvement qui se dit démocratique viole le droit souverain du peuple de Guinée à s’exprimer sur son devenir.

S’il y a des Guinéens qui ne veulent pas d’une nouvelle constitution, il y en a, et Dieu sait qu’ils sont nombreux, qui estiment que la constitution actuelle ne répond pas à leurs aspirations. Quoi de mieux que de laisser ces deux parties exprimer ou matérialiser leurs opinions à travers un référendum ? C’est cela la démocratie.

On voit que depuis que le professeur Alpha Condé a déclaré que ceux qui vont désormais s’adonner aux injures et à la diffamation subiront la rigueur de la loi, d’autres préfèrent utiliser désormais la voie clandestine des tracts. Quel courage ! Il est vrai qu’au risque d’être poursuivi pour diffamation, on préfère se cacher derrière un tract pour affirmer que « Alpha Condé n’a jamais enseigné à la Sorbonne ». Une insulte contre ses anciens étudiants comme maître Olivier Sûr, avocat de renom. Ou « qu’il n’a jamais travaillé dans une administration ni dans une quelconque entreprise ». C’est oublier qu’Alpha Condé a été plusieurs années durant représentant en Afrique de l’Ouest de la société ‘’sucre et denrées’’.

Bon, il ne s’agit pas ici de répondre à un torchon, mais d’appeler leurs rédacteurs à sortir de l’ombre et d’accepter les débats d’idées. C’est la seule voie pour convaincre, l’autre étant celle de la perdition.

Ahmed Camara