Sept mois seulement après sa création, l’Organisation Guinéenne de la Citoyenneté (OGC) était ce mardi devant la presse pour présenter << un rapport sur la problématique liée aux accidents de la circulation en général, plus particulièrement les taxi-motos en Guinée >>.

Les chiffres donnés par l’OGC sur les accidents de la circulation et leurs conséquences font froid au dos : << Du 1er janvier au 31 décembre 2017 et du 1er janvier au 6 novembre 2018, ce sont 18203 cas d’accidents provoqués par des automobilistes et de taxi-motos enregistrés dans Conakry et les quatres régions naturelles du pays. 932 cas de décès enregistrés à cette période >> a annoncé Alseny Oumar Diallo, président de l’OGC.

Ces chiffres du rapport ne sont pas exhaustifs. L’OGC n’a pas pu recueillir les statistiques de toutes les préfectures de la Guinée pour faute de moyens et parfois du refus des staticiens de certains hôpitaux : << Il n’a pas été facile d’avoir ces données. À mamou par exemple, il nous a été refusé les statistiques. Le monsieur a dit qu’il ne nous donnera pas les données, qu’il n’est pas habilité à le faire malgré la signature de l’ordre de mission par le préfet, le DPS (Directeur Préfectoral de la Santé), le maire >> s’est indigné le président de l’OGC.

Les taxi-motos sont les plus impliqués dans ces accidents et les causes sont multiples selon Saliou DK keïta, chargé de programme et projet dans sa lecture du rapport : << La situation des infractions à l’origine des cas d’accidents de la circulation plus particulièrement les motos dans les quatre régions naturelles sont entre autres : changement de direction sans précaution, excès de vitesse, freins défectueux, les surcharges, conduite en état d’ivresse divagations des animaux, non respect de la distance de sécurité, imprudence… >>.

Représentant de la direction centrale de la sécurité routière, colonel Sangaré précise l’apport de sa direction à l’OGC : << Au nom de ma direction, je viens échanger avec l’OGC en vue de trouver des données de base. Les statistiques sont très importantes dans un pays. C’est la base de tout développement >>.

À l’issue de la conférence, des recommendations ont été données par l’OGC pour minimiser les accidents de la circulation causés par les taxi-motos surtout à l’approche des fêtes de fin d’année :

– formation des conducteurs des taxi-motos;

– réglementer le secteur;

– assurance obligatoire pour chaque motard;

– le port de deux casques par moto, des paires de chaussures fermées, des gants, des gilets de couleurs différentes par commune avec les numéros d’immatriculation et les numéros de téléphone;

– éradiquer les difficultés liées aux tracasseries policières;

– fixer un tarif de transport par tronçon ;

– Éviter les surcharges et les sens interdits entre autres.

Si les taxi-motos sont à l’origine de plusieurs accidents de la circulation et de pertes en vies humaines, l’activité est par ailleurs une source de revenue pour l’État et d’emplois pour plusieurs jeunes diplômés dira finalement Alseny Oumar Diallo.

Sadjo Bah pour Actuconakry.com /Tél : 625 01 66 69